Une ministre analyse le recadrage présidentiel : "Il a recadré, pour la galerie"

Publié à 15h51, le 04 octobre 2013 , Modifié à 16h04, le 04 octobre 2013

Une ministre analyse le recadrage présidentiel : "Il a recadré, pour la galerie"
(Reuters)

PLOUF - Le recadrage de François Hollande en Conseil des ministres n'a pas ému toute l'équipe gouvernementale. Dans les colonnes du Monde, une ministre analyse ce rappel à l'ordre sur la cacophonie de l'exécutif. Pour elle, c'est un recadrage vis-à-vis de l'extérieur, rien de plus : 

"

On a demandé à François Hollande de recadrer. Il a recadré, pour la galerie. Et personne ne l'a pris autrement.

"

Et cette courageusement anonyme membre du gouvernement explique au quotidien sa stratégie pour passer outre le contrôle de Matignon : faire crouler les services du Premier ministre sous les demandes. 

"

La bonne tactique, c'est de les assaillir de mails. Dès que j'ai quelque chose à dire sur le plus petit sujet, j'appelle Ayrault !

"

Mercredi 3 octobre lors du conseil des ministres, François Hollande avait solennellement recadré son gouvernement pour tenter de clore "définitivement" la polémique qui opposait depuis une semaine Manuel Valls à Cécile Duflot sur le sort des Roms.

Le coup de règle sur les doigts s'est accompagné le lendemain d'une consigne stricte de Matignon. Désormais, la com' des ministres doit passer entre les mains des services de Jean-Marc Ayrault. 

Un recadrage qui a aussi fait réagir les ministres. Manuel Valls, a ouvertement moqué les nouvelles consignes devant les journalistes, mimant un faux coup de téléphone du Premier ministre.

Plus tôt c'est Vincent Peillon qui a fait de l'humour sur cette tentative d'encadrement de la parole des ministres. Sur France Info, il a été interrogé sur la permission demandée à Matignon  pour venir en interview. Ce à quoi il a répondu : 

"

J'ai même demandé qu'on contrôle vos questions avant.

"

Du rab sur le Lab

PlusPlus