Divisions au PS : Jean-Marie Le Guen répond à Henri Emmanuelli et souligne que ce sont les "frondeurs" qui sont minoritaires

Publié à 08h50, le 24 octobre 2014 , Modifié à 08h51, le 24 octobre 2014

Divisions au PS : Jean-Marie Le Guen répond à Henri Emmanuelli et souligne que ce sont les "frondeurs" qui sont minoritaires
Jean-Marie Le Guen et Henri Emmanuelli. © Montage via Maxppp.

FIGHT - "Qu’ils se taisent." Figure de l’aile gauche du PS, Henri Emmanuelli a fustigé, jeudi 23 octobre, les "sociaux-libéraux" du PS que sont à ses yeux Manuel Valls et Jean-Marie Le Guen, assurant que leur ligne n’est pas majoritaire au sein du Parti socialiste. Réponse ce vendredi 24 octobre du berger à la bergère de la part du secrétaire d’Etat chargé des relations avec le Parlement, Jean-Marie Le Guen.

Invité d’i>Télé, ce membre du pôle des réformateurs, l’aile droite du PS, a donné la réplique au député des Landes et ancien patron du PS, mettant en avant l’abstention d’Henri Emmanuelli sur le vote du volet recettes du budget 2015 à l’Assemblée nationale :

"

Sa parole aurait plus de poids s’il votait avec ses amis socialistes à l’Assemblée nationale. Ce qui n’est pas le cas. Ce qui ne me parait pas se mettre dans une position où on peut donner le sentiment d’être majoritaire.

"

Aussi, Jean-Marie Le Guen, qui n’a pas apprécié que 39 députés PS "frondeurs" (parmi lesquels Delphine Batho, Benoît Hamon et Aurélie Filippetti) ne votent pas le budget – "on va les sortir du Parlement. Il faut dissoudre", a-t-il lancé en réplique - estime que c’est la ligne des "frondeurs" qui est minoritaire :

"

Lui et ses amis ne représentent aujourd’hui même pas 20% du groupe socialiste. Je pense qu’il faut être de ce point de vue responsable et essayer de retrouver des règles communes.

"

Techniquement parlant, Jean-Marie Le Guen a raison : les 39 abstentions socialistes représentent en effet 13,4% environ du groupe socialiste à l’Assemblée. Mais le rapport de force semble être différent au sein d'un parti que Jean-Christophe Cambadélis tente d'apaiser. Cependant, seul un congrès pourra définir le réel rapport de force entre aile gauche et aile droite du parti. Mais sa date fait encore débat.

Du rab sur le Lab

PlusPlus