Jacques Toubon, l'IMA, Jean-Luc Godard ... les 140 secondes du Lab avec Jack Lang

Publié à 11h20, le 18 juin 2014 , Modifié à 11h44, le 18 juin 2014

Jacques Toubon, l'IMA, Jean-Luc Godard ... les 140 secondes du Lab avec Jack Lang
LCP

LES 140 SECONDES DU LAB D'EUROPE 1 - Invité de l'émission PolitiqueS de Serge Moati, sur LCP, samedi 21 juin, et interrogé lors des 140 secondes du Lab l'ancien ministre de la Culture Jack Lang s'est exprimé sur la nomination possible de Jacques Toubon au poste de Défenseur des droits, sa rémunération pour la présidence de l'Institut du monde arabe ou encore les déclarations Jean-Luc Godard à propos du FN [notre article à ce sujet ici].

La somme avait fait polémique lors de sa nomination à la tête de l'Institut du monde arabe (IMA) en janvier 2013. Selon le mensuel Jeune Afrique, l'ex-ministre de la Culture avait exigé et obtenu un salaire de 10.000 euros par mois, alors que ses prédécesseurs ne percevaient pas tous de rémunération. Interrogé à ce sujet par le Lab, Jack Lang réajuste la somme - "9.000 euros bruts" - et estime qu'il serait "anormal que le président d'une grande institution comme celle-là soit sous-payé" :

"

Aujourd'hui le président du Centre Pompidou bénéficie du somme beaucoup plus importante, ne parlons pas du président de l'Opéra ... il serait anormal que le président du grande institution comme celle-là soit sous-payé.

"

Hors plateau, Jack Lang précise au Lab qu'il n'a rien "exigé" et que cette rémunération lui a été proposée à son arrivée : "Je ne me suis pas auto-rémunéré !"

Il ajoute qu'il ne touche pas davantage que Dominique Baudis, l'un de ses prédécesseurs dont l'entourage avait confirmé au Lab qu'il percevait bien 10.000 euros par mois en 2008 avant d'y renoncer une fois élu eurodéputé. Surtout, Jack Lang insiste sur le "système de défraiement" largement amaigri :

"

A mon arrivée, j'ai coupé de 70% le système de défraiement. J'ai mis fin à des abus en terme de frais de voyage, frais de bouche ... L'IMA ne supporte par exemple aucun frais de voyage.

"

Interrogé également sur la possible nomination de Jacques Toubon au poste de Défenseur des droits - une candidature qui pourrait s'avérer plus compliquée que prévu car contestée à gauche - l'ancien ministre aurait préféré que l'on nomme "une personnalité qui se serait illustrée sur le terrain du droit, de la magistrature ..."

Voici l'intégralité des 140 secondes du Lab :

)

Du rab sur le Lab

PlusPlus