Jean-Marie Le Pen attaque Guy Bedos, Madonna, Yannick Noah et Patrick Bruel : "On fera une fournée la prochaine fois"

Publié à 17h06, le 07 juin 2014 , Modifié à 11h23, le 08 juin 2014

Jean-Marie Le Pen attaque Guy Bedos, Madonna, Yannick Noah et Patrick Bruel : "On fera une fournée la prochaine fois"
Jean-Marie Le Pen et Marie d’Herbais (Captures d'écran Front national)
Image Sylvain Chazot


Fournée. Nom féminin. Ensemble de pièces, d'objets mis ensemble à cuire ou à traiter dans un four. [Source : Larousse].

C’est avec ce mot que Jean-Marie Le Pen a répondu aux différents artistes qui, depuis la victoire du FN aux européennes, critique le Front national en général, Marine Le Pen en particulier.

Dans son "Journal de bord n°366", publié vendredi 6 juin, le président d’honneur du FN fustige "le vieux Bedoche" [Guy Bedos, ndlr], "la vieille Maldonna" [Madonna, ndlr] et Yannick Noah.

Puis, lancé par la frontiste Marie d’Herbais sur Patrick Bruel, l’ancien candidat à la présidentielle répond :

On fera une fournée la prochaine fois.

La séquence est à voir en vidéo ci-dessous :





La vidéo, publiée vendredi, a depuis été rendue inaccessible, à la fois sur le site internet du Front national et sur sa chaîne Youtube.

Cette sortie survient après une remarque de Marie d’Herbais, questionnant le président d’honneur sur "tous ceux qui avaient juré en cas de victoire du Front national de prendre leurs cliques et leurs claques et de quitter la France". "Ah oui, c’est monsieur Noah ça. Monsieur Noah s’était engagé à ne plus chanter en France si le Front national arrivait en tête de l’élection… Cochon qui s’en dédit", répond Jean-Marie Le Pen.

Remonté, il fustige les récentes sorties de Guy Bedos et Madonna, les taxant de "vedettes vieillissantes" qui espèrent attirer l’attention des médias en apparaissant comme "un ennemi du fâchisme [sic] et du nâzisme [sic]", commente le député européen. Il ajoute :

Pour avoir de belles roses, vous savez qu’il est nécessaire mettre du purin au pied. […] On va les pacser et ce seront un couple de pauvres cons.

Dans une interview au Figaro le 5 juin, Guy Bedos a attaqué Marine Le Pen. "Pour avoir joué Hitler à Chaillot, elle a exactement le même discours que lui", a déclaré l’humoriste.

Madonna, elle, a dénoncé sur Instagram la montée du Front national.

Quant à Patrick Bruel, il a expliqué début avril dans Technikart qu’il ne se produira pas dans les villes qui ont élu un maire étiqueté Front national. 

Les scores du Front national l’ont requinqué. Depuis plusieurs semaines, Jean-Marie Le Pen multiplie les interventions et semble retrouver, comme avant, son amour pour la polémique. Ce qui a de quoi énerver Marine Le Pen.

Après le meeting de Marseille le 20 mai, selon Le Nouvel Obs, la présidente du FN a appelé son père et l’a copieusement engueulé, lui reprochant sa sortie sur "monseigneur Ebola". L’hebdomadaire cite, entre guillemets, Marine Le Pen : "Tu ne pouvais pas fermer ta gueule !"

Contactée par Le Lab le 28 maiMarine Le Pen a démenti avoir tenu de tels propos. "Ça ne va pas la tête ?", a-t-elle demandé.

En revanche, le quotidien Le Parisien a contacté Louis Aliot, vice-président du FN et compagnon de Marie Le Pen, et Wallerand de St Just, avocat du FN et ancien candidat à la mairie de Paris, au sujet de la "fournée".

Si le second a déploré "une polémique artificielle", estimant que Jean-Marie Le Pen a prononcé le mot "de façon anodine", le premier est plus remonté. Bien qu'il ait indiqué n'avoir pas vu la vidéo, voilà ce qu'il a déclaré au Parisien :

S'il a bien utilisé le terme de "fournée", c'est une mauvaise phrase de plus. C'est stupide politiquement et consternant.

[Edit 9:12 avec réactions de Louis Aliot et Wallerand de St Just]

[Edit 11:00 avec suppression de la vidéo de la chaîne Youtube et du site du FN]

Du rab sur le Lab

PlusPlus