Le multiplex politique du 11 mai avec Marine Le Pen, Alain Juppé, Jean-François Copé et Rama Yade

Publié à 18h06, le 11 mai 2014 , Modifié à 00h16, le 12 mai 2014

Le multiplex politique du 11 mai avec Marine Le Pen, Alain Juppé, Jean-François Copé et Rama Yade
Marine Le Pen, Alain Juppé, Jean-François Copé et Rama Yade (Captures d'écran)

MULTIPLEX POLITIQUE - Au programme des interviews dominicales de ce 11 mai : Marine Le Pen sur BFMTV, Alain Juppé dans Le Grand Jury, Jean-François Copé à Tous Politiques et Rama Yade à C Politique.

Le Lab est sur le front pour suivre ces différentes interviews et vous présenter ces morceaux choisis au fur et à mesure de la soirée.

>> Marine Le Pen dans BFM Politique BFMTV-Le Point-RMC



#BOULETS ROUGES

Cela commence avec une attaque en règle contre Manuel Valls, coupable selon la présidente du Front national de mener une véritable opération "d'équarrissage" de la France

"

Manuel Valls sera le pire Premier ministre de la Vème République. [...] C'est un multirécidiviste de l'échec. Qu'est-ce qu'il a réussi, à part de monter les marches ? 

"

Et Marine Le Pen de prédire un score catastrophique pour le PS lors des européennes. Ce qui signifierait donc, pour elle, que "l'effet Valls" est nul. 

#READY

Jean-Marie Le Pen a avoué qu’en 2002, année de son accession au second tour de la présidentielle, il n’était pas prêt à gouverner. Qu'en est-il alors de Marine Le Pen ?

"

Oui je suis prête à gouverner.

"

Point.

Et pourquoi ? Elle explique qu’elle a construit autour d’elle "tout un réseau de personnalités compétentes, de personnalités investies" et qui, le cas échéant, sauront prendre en main les dossiers qui leur seront confiés. 

Le changement, ce sera aussi pour elle si elle accède au pouvoir :

"

Peut-être que le jour où j’aurai gagné on sera agréable avec moi.

"

#GUERRE FROIDE

Marine Le Pen, qu’on accuse d’accointance avec la Russie de Vladimir Poutine (voir ici), a réitéré ses critiques à l’égard de l’Occident vis-à-vis de la situation en Ukraine.

"

Ça n’a aucun sens de faire la guerre à la Russie comme nous le faisons même si c’est une guerre froide depuis des années. Et ceux qui le font le font sur ordre des États-Unis

"

#MARSEILLAISEGATE

Dimanche 11 mai, Christiane Taubira a revendiqué son droit à, dans certaines circonstances, ne pas chanter La Marseillaise, préférant "le recueillement au karaoké d'estrade". Pas de quoi atténuer la colère de Marine Le Pen qui, déjà plus tôt dans la journée, a demandé à Manuel Valls de la congédier.

Sur BFMTV, la présidente du Front national revient sur le passé de la garde des sceaux - et qui explique pourquoi, selon elle, la ministre de la Justice "humilie l’histoire de notre pays":

"

Il faut savoir d’où vient madame Taubira. Elle a lutté toute sa vie contre la France pour en faire sortir la Guyane.

"

Ce n’est évidemment pas la première fois que Marine Le Pen attaque Christiane Taubira sur ce terrain. Mi-mars, la frontiste avait estimé que la ministre "est contraire à sa fonction républicaine" :

"

Elle est mariée à un homme qui a été condamné pour terrorisme. Elle a pris des cours avec lui…

"

#LAÏCITÉ

Geoffroy Didier débat avec Marine Le Pen. Le cofondateur de la droite forte attaque la présidente du FN sur son absentéisme au Parlement européen.

Réponse de Marine Le Pen, mi-amusée, mi-énervée :

"

Ce pauvre argument pitoyable de surveillant... Vous avez été surveillant au lycée ? […] Les Français, mes électeurs, ils ont confiance en moi parce qu’ils me voient me battre tous les jours que Dieu fait, vous entendez, tous les jours pour défendre les intérêts de la France.

"

>> Alain Juppé dans Le Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro



#L’HYPER-ACTIVISIME, C’ÉTAIT BIEN

Concernant la crise en Ukraine et les relations tendues entre l’Occident et la Russie, l’ancien ministre des Affaires étrangères a un conseil à donner à François Hollande : s’inspirer de Nicolas Sarkozy.

"

Souvenez-vous de ce qu'il s’est passé lors de la crise géorgienne en 2008. Nicolas Sarkozy, il est de bon ton aujourd’hui de se moquer de son hyper-activisme mais il y a des moments où il a été bien utile. Qu’est-ce qu’il a fait Nicolas Sarkozy ? Il a été à Moscou, il a été voir Poutine dans son bureau. Voilà. J’ai entendu monsieur Hollande dire qu’il avait des relations indirectes avec monsieur Poutine. Il y a des moments où il faut parler

"

#L’UMP, TU LA SOUTIENS OU TU LA QUITTES

Non, trois fois non. Aux élections européennes, Henri Guaino ne votera pas pour la liste UMP en Île-de-France emmenée par Alain Lamassoure. Pour l’ancienne plume de Nicolas Sarkozy, cette liste "incarne l'Europe dont plus personne ne veut".

Eh bien Alain Juppé n’apprécie pas du tout cette position :

"

Je ne pratique pas l’exclusion, mais quand on est à ce point en désaccord avec son propre parti politique, la dignité la plus élémentaire c’est d’en tirer les conséquences. C’est clair. On ne peut pas à la fois dire qu’on appartient à un parti et faire campagne contre les candidats investis par ce parti.

"

En clair, Henri Guaino doit quitter l'UMP (ou soutenir Lamassoure).

#RIP LA RÉFORME TERRITORIALE

Sur le principe, Alain Juppé est favorable à une "simplification du mille-feuilles" territorial. Mais il a de sérieux doutes sur sa faisabilité car la suppression des départements implique une réforme de la Constitution.

"

La Constitution ça se modifie soit au Congrès avec une majorité des 3/5ème, soit par référendum. Le président de la République n’aura pas la majorité des 3/5ème. […] En tant que gaulliste, comment ne serais-je pas d’accord pour que les Français soient consultés directement sur quelque chose qui remet en cause complètement la structuration de la France ?

"

Mais Alain Juppé sait aussi qu’un référendum à l’heure actuelle aurait toutes les chances d’être rejeté par les Français. "Est-ce qu’il [François Hollande] ne s’est pas mis dans une impasse ?", s’interroge-t-il.  

#COUCOU AYRAULT

Le Cran a accusé samedi 10 mai plusieurs familles bordelaises d'avoir "joué un rôle central dans la traite négrière" et demande en conséquence réparation. Pour Alain Juppé, maire de Bordeaux, "aller demander réparation à des gens de 20 ou 30 ans en 2014, pour ce qui a été fait par leurs ancêtres au XVIIIe siècle, je trouve ça absurde". Il ajoute : 

"

Vous savez que le première port négrier de France, il faut quand même rétablir la hiérarchie, ce n’était pas Bordeaux.

"

S’il ne cite pas la ville de Jean-Marc Ayrault, Alain Juppé fait quand même bien référence à Nantes

>> Jean-François Copé dans Tous Politiques France24-France Inter-Le Parisien



#AUDIARD DANS LE TEXTE

En ce qui concerne la réforme territoriale, Jean-François Copé redit et répète qu’il faut un référendum. Pourquoi ? Parce que la réforme, telle qu’elle semble se dessiner d’après le président de l’UMP, va changer "le modèle républicain" :

"

On me dit qu'on veut faire onze régions. Mais dites-moi, onze régions, ça veut dire un État fédéral. […] Onze super régions, ce n'est pas le système de l'Histoire de France, on n'a pas le droit de le faire sans changer la Constitution et sans demander aux Français leur avis.

"

Et, dans sa démonstration, Copé va jusqu’à citer Michel Audiard : "Les régions sont socialistes depuis une bonne dizaine d'années maintenant. C'est pour ça que les socialistes veulent garder leur 'grisbi'."

#REMEMBER SARKOZY

D’un côté, Jean-François Copé condamne le "coup de force" de Vladimir Poutine en Ukraine. De l’autre, il regrette que la voix de la France ne porte pas plus.

"

 Je suis désolé de voir que la France ne joue pas le rôle de médiateur que le monde attend. […] On ne sent pas la France en initiative. On voit madame Merkel, on voit monsieur Obama. On ne voit jamais François Hollande.

"

Et comme Alain Juppé au Grand Jury (voir ci-dessus), le président de l’UMP compare l’action de François Hollande en Ukraine à celle de Nicolas Sarkozy en Géorgie en 2008.

#BRINGBACKOURGIRLS

Comme de nombreux autres politiques, Jean-François Copé prend part à l’élan de soutien envers les 276 lycéennes enlevées au Nigeria par la secte Boko Haram.

"

Je suis comme tout le monde bouleversé par cette tragédie. Le monde entier doit se mobiliser. J’approuve d’ailleurs totalement l’initiative de la France d’avoir envoyé des personnels sur place pour contribuer à rechercher ces 200 jeunes filles face à ces djihadistes qui sont monstrueux.

"

Le président de l’UMP, sollicité par les journalistes de Tous Politiques, profite de l’émission pour poser avec une feuille de papier sur laquelle il a écrit #BRINGBACKOURGIRLS. 



>> Rama Yade dans C Politique sur France 5



#REBELLE

Son ambition de briguer la présidence du Parti radical en émeut certains. Alors, opportuniste Rama Yade ? Pas du tout, rétorque-t-elle :

"

Quel opportunisme il y a lorsqu’on quitte l’UMP - où au fond c’était bien confortable de rester pour avoir les investitures qui vous permettent de gagner les élections - pour aller dans un parti politique qui est certes le plus ancien de France, qui porte des valeurs très fortes, mais qui quelque part était confidentiel au point que je l’ai payé très cher au moment des législatives ?

"

Et la vice-présidente du Parti radicale de présenter bon nombre d’exemples : "Lorsque je m’oppose à la droitisation de l’UMP, lorsque je refuse la déchéance de nationalité parce que moi-même je suis naturalisée, lorsque je m’oppose à la venue du colonel Kadhafi… Ce n’est pas pour rien qu’à un moment donné on m’a qualifié de rebelle de ce gouvernement."

En résumé, si elle était opportuniste, elle serait restée "bien confortablement au cœur de ce grand parti par la taille qu’est l’UMP". 

#CASTE

On la savait rebelle, même si elle n’aime pas le mot. Rama Yade est aussi *un peu* antisystème. Elle dénonce, comme d’autres, le système politique tel qu’il existe aujourd’hui :

"

On ne peut pas continuer à fonctionner avec une caste, avec une élite politique qui s’auto-reproduit de manière aristocratique.

"

Et Rama Yade d’appeler à un "renouvellement" de la classe politique. "À travers ces élections européennes, qui sont un véritable défouloir pour beaucoup de Français, se joue aussi le rapport à la politique. […] Il y a un message de 'nous n’en pouvons plus de cette classe politique, ça fait 30 ans que ça dure'", dit-elle.  

Du rab sur le Lab

PlusPlus