Le président PS du Jura appelle les socialistes "à la désobéissance" et demande à Valls de "partir"

Publié à 06h54, le 24 octobre 2014 , Modifié à 06h54, le 24 octobre 2014

Le président PS du Jura appelle les socialistes "à la désobéissance" et demande à Valls de "partir"
Christophe Perny. © Philippe Trias/Maxppp

SCHISME – Le Parti socialiste est en ébullition. Encore plus après la sortie de Manuel Valls dans l’Obs ouvrant la porte à des alliances avec le centre et remettant en cause le nom même du Parti socialiste. En réponse, Henri Emmanuelli, figure de l’aile gauche du parti, a demandé "solennellement" aux "sociaux-libéraux" que sont pour lui Manuel Valls et Jean-Marie Le Guen – qui prône une dissolution – de "se taire".

Le président socialiste du Conseil général du Jura, Christophe Perny, va encore plus loin et demande, dans un communiqué, au Premier ministre de "partir". Tout simplement :

"

Manuel Valls doit partir pour la gauche, pour la France.

"

Selon lui, la ligne politique de Manuel Valls est "inefficace économiquement et socialement et (...) elle installe comme alternative possible le Front national et Marine Le Pen". Peu ou proue ce que déclarait Benoit Hamon quand il disait maladroitement que la politique de exécutif "menace la République".

Et Christophe Perny d’ajouter, lui qui milite depuis l’âge de 20 ans au PS, comme Manuel Valls :

"

Les hommes et les femmes de gauche, les socialistes en particulier, ont un devoir de désobéissance, de résistance face à ce désastre politique conduit par le Premier ministre.

"

À six mois des prochaines élections cantonales, il constate également que "le PS se vide de ses militants et de ses élus". "À chaque élection, nous donnons les pouvoirs locaux et nationaux à la droite", déplore-t-il.

Autre argument qui revient avec régularité chez les anti-Valls du PS : son faible score à la primaire PS de 2011 qui reflète son tout aussi faible poids dans le parti, selon eux. "Le scandale est que cet homme ultra minoritaire au PS et à gauche porte la ligne politique gouvernementale", continue le président du Jura. Qui ajoute :

"

À ce rythme, le PS portera bientôt, non seulement les idées, mais aussi le score de Manuel Valls.

"

Patron du PS bien embêté, Jean-Christophe Cambadélis, qui a envoyé un dvd sur Jaurès aux différentes sections du parti, a lui aussi lancé un appel "solennel". Un appel au calme. Sera-t-il entendu ?

Du rab sur le Lab

PlusPlus