Le spectacle des questions au gouvernement du mardi 15 avril, feu sur Harlem Désir

Publié à 15h13, le 15 avril 2014 , Modifié à 16h54, le 15 avril 2014

Le spectacle des questions au gouvernement du mardi 15 avril, feu sur Harlem Désir
Harlem Désir sur le banc des ministres (Capture France 3)
Image Le Lab


QAG -  Les députés se réunissent ce mardi 15 avril pour la traditionnelle séance de questions au gouvernement. Comme chaque mardi, les parlementaires se retrouvent au Palais-Bourbon pour interpeller l'exécutif sur les questions d'actualité et le Lab filtre les moments les plus importants.

>> Voir le récit en direct :

#HOMMAGE

La séance commence par une minute de silence pour la mémoire de Dominique Baudis, ancien maire de Toulouse, décédé jeudi 10 avril.



#DÉSIR

Harlem Désir, ancien premier secrétaire du PS devenu secrétaire d'État aux affaires européennes, siège pour la première fois sur les bancs du gouvernement Valls.



Le député UMP Damien Abad pose une question très critique sur sa nomination qu'il qualifie de "signal politique désastreux" :

Est-ce une prime à l'échec en nommant le premier secrétaire le plus décrié de l'histoire du parti socialiste ? Est-ce une prime au mauvais élève pour récompenser l'implication sans faille du député européen Harlem Désir ?

Manuel Valls vole au secours de son secrétaire d'État. "Harlem Désir a été quinze ans député au Parlement européen, il en a été vice président", rappelle Manuel Valls en assurant qu'il a "toutes les qualités pour assurer cette responsabilité" et que l'ancien président de SOS Racisme est "une des belles figures de notre société et de la France".

#MISSIVE

Le Premier ministre achève son intervention par ces mots :

Monsieur Abad, si quelqu’un d’autre m’avait posé cette question que vous m’avez posée, au nom de votre groupe, il y aurait au fond peut-être un peu plus de vérité. Si ça avait été M. Devedjian ou M. Bertrand, peut-être à ce moment-là que votre groupe aurait décidé de ne pas poser cette question.

À la fin de l'intervention de Manuel Valls, Xavier Bertrand justement demande à un huissier de transmettre au Premier ministre un petit mot.



Manuel Valls ouvre l'enveloppe et rit.



À défaut de savoir ce qu'a écrit l'ancien ministre, @MichelUrvoy et @yletertre sous-titrent la référence finale de Manuel Valls. En 2008 et 2010,  Patrick Devedjian puis Xavier Bertrand étaient eux-aussi passés de la tête du parti au pouvoir, à l'époque l'UMP, au gouvernement, "après des bilans mitigés", ajoute @jb_r.

On entend distinctement Xavier Bertrand énoncer qu'il avait été "ministre avant", lorsque Manuel Valls lui adresse cette pique.

#UKRAINE



Laurent Fabius, le ministre des Affaires étrangères, répond très courtoisement au député UMP Pierre Lellouche qui l'interroge sur la position de la France dans la crise ukrainienne.

La dernière fois que les deux hommes avaient échangé sur l'Ukraine, lors d'une réunion de la commission des Affaires étrangères, fin février, à l'Assemblée, Laurent Fabius avait humilié le député.

#LISTE

La liste des orateurs tweetée par l'Assemblée nationale :





Du rab sur le Lab

PlusPlus