Les jeunes socialistes exhument une campagne PS de 2008 contre la généralisation du travail le dimanche

Publié à 16h15, le 16 octobre 2014 , Modifié à 16h19, le 16 octobre 2014

Les jeunes socialistes exhument une campagne PS de 2008 contre la généralisation du travail le dimanche
Manuel Valls et Laura Slimani, présidente du MJS, en mai 2014 lors d'un meeting du MJS. © Maxppp (Vincent Isore)
Image Delphine Legouté


BOITE A ARCHIVES - Les jeunes socialistes sont là pour combler les trous de mémoire du gouvernement. Dans un communiqué publié ce 16 octobre, le MJS, connu pour sa liberté de parole à l'égard de l'exécutif, ressort du placard la campagne menée par le groupe socialiste en 2008 contre la généralisation du travail du dimanche voulue par la droite. Ils réagissent ainsi au projet de loi d'Emmanuel Macron dans lequel le ministre de l’Économie proposer d'autoriser jusqu'à 12 ouvertures dominicales par an aux commerces non alimentaires.

Cette campagne de 2008, la voici :





Considérant que le repos dominical est "un acquis social, un moment à part, consacré à la vie familiale ou amicale", les jeunes socialistes disent refuser une société du "tout-consommation" :

Une telle mesure n’aura que pour effet de renforcer les inégalités entre les familles modestes et les plus aisées, entre ceux qui pourront ou non se permettre de se priver d’une journée de salaire.

Le MJS cite également une étude du CREDOC (Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie) selon laquelle ouvrir les commerces le dimanche ne fera que déplacer les ventes et non les augmenter, ce qui ne résoudra pas le problème de pouvoir d'achat des Français. Et avance son slogan : "Travailler mieux pour travailler tous" et non "travailler plus pour gagner autant".

Les jeunes socialistes en appellent enfin à la "cohérence" du gouvernement :

Les Jeunes Socialistes souhaitent rappeler qu’il y’ encore 6 ans, le groupe des députés socialistes se battait résolument contre le projet de Nicolas Sarkozy qui voulait généraliser le travail du dimanche.

Les Jeunes Socialistes souhaiteraient une plus grande cohérence entre les combats menés par la gauche dans l’opposition, et une fois arrivée au pouvoir.

La technique du placard à archives avait déjà été utilisée à gauche par le député frondeur Pascal Cherki, face au conflit israélo-palestinien ou encore par l'ex-député tout aussi frondeur Jérôme Guedj, à propos du gel des prestations sociales.

Du rab sur le Lab

PlusPlus