Gérald Darmanin raconte que sa cheffe de cabinet lui fait "remarquer régulièrement" ses réflexions sexistes

Publié à 19h43, le 10 janvier 2018 , Modifié à 19h45, le 10 janvier 2018

Gérald Darmanin raconte que sa cheffe de cabinet lui fait "remarquer régulièrement" ses réflexions sexistes
© DR
Image Etienne Baldit


De mémoire de Lab, il n'existe pas d'archive de Gérald Darmanin tenant un propos ou ayant un comportement sexiste en public. Cela ne veut pas dire que le jeune ministre de l'Action et des Comptes publics ne franchit pas la ligne jaune de temps à autre. Il le confesse lui-même dans un portrait que lui consacre la revue Charles, en kiosque ce mercredi 10 janvier. Une confession pas anodine alors que la discussion publique sur le harcèlement et les agressions sexuels a pris un tournure hautement polémique en ce début d'année.

Gérald Darmanin raconte ainsi :

Le sexisme m'est étranger, mais après, comme tout le monde, culturellement, je suis marqué par la société et j'ai moi-même dû avoir des réflexions sexistes. Ma cheffe de cabinet me le fait remarquer régulièrement.

Voilà qui a le mérite de l'honnêteté.

Le portrait de Charles mentionne notamment la proposition "une info, un apéro" que formulent certains responsables politiques, dénoncée sans mentionner d'auteur précis dans une tribune d'une quarantaine de femmes journalistes politiques en mai 2015. Gérald Darmanin en est-il l'auteur ? Il ne s'en "souvient pas" mais se trouve tout de même une explication au cas où :

Si je l'ai dite, c'est avec une journaliste avec qui je m'entendais très bien.

L'auteure de l'article de Charles écrit encore que Gérald Darmanin lui a, au cours d'un déjeuner politique, lancé : "Ah ! mais tu n'as pas mis tes talons aiguilles ?" Même mécanisme de défense de la part de l'intéressé qui, tout en affirmant ne pas avoir souvenir de cet épisode, explique :

Oui, c'était une phrase sexiste. Mais je parle de la même façon à mes conseillers quand ils portent des cravates moches.

Reste à savoir quel est le rapport exact entre ces deux types de commentaires.





À LIRE SUR LE LAB :

Harcèlement : Nadine Morano revendique le droit d'être "opportunée" (sic) parce que "ça peut déboucher sur de belles histoires"

"Liberté d’importuner" : Marlène Schiappa dénonce le "discours dangereux" des signataires de la tribune dans Le Monde

Du rab sur le Lab

PlusPlus