Hervé Mariton propose de "supprimer le logement social"

Publié à 09h28, le 20 janvier 2016 , Modifié à 11h02, le 21 janvier 2016

Hervé Mariton propose de "supprimer le logement social"
Hervé Mariton © LOIC VENANCE / AFP
Image Etienne Baldit


TOUT SIMPLEMENT - Hervé Mariton est candidat à la primaire de la droite et du centre. Dans ce genre de position, il faut donc faire des propositions fortes pour séduire l'électorat et se démarquer de ses concurrents. Et pour ce faire, l'un des moyens trouvé par le député LR de la Drôme consiste à proposer de supprimer le logement social. Ni plus, ni moins. 

Une idée lancée mercredi 20 janvier, lors d'un "petit-déjeuner débat" devant la Fondation Concorde. À l'invitation de ce think tank, autour du thème "Le printemps des libertés" (qui est aussi le titre du livre à paraître de l'aspirant candidat à la présidentielle), le très libéral Mariton (sur le plan économique, s'entend), a donc déclaré :



Je propose de supprimer le logement social. Il faut se concentrer sur l'aide à la personne et non l'aide à la pierre.

Des propos rapportés sur son compte Twitter :





L'ancien troisième (et dernier) homme de la course à la présidence de l'UMP a poursuivi : "Le logement social n'apporte pas de mixité, la seule corrélation qui existe c'est la corrélation logement social/vote Hollande". Et pour bien marquer sa différence avec ses concurrents, il a encore expliqué que "Nicolas Sarkozy, contrairement à [lui], ne veut pas supprimer la loi SRU", loi qui pose l'obligation, pour les communes importantes, de disposer d'au moins 20% de logements sociaux. 

Voilà qui ressemble en tous cas à un certain durcissement de la part de celui qui veut "redonner envie aux gens de croquer la vie". En mars dernier, dans ses propositions sur le logement, il voulait "redonner au logement social sa vocation d’accueil des moins favorisés". Beaucoup moins offensif, donc. Il précisait :



Il ne faut plus considérer que la construction de nouveaux logements sociaux constitue le remède miracle à la crise du logement en France. Il faut limiter l’éligibilité à ces logements sociaux pour qu’ils bénéficient d’abord aux moins favorisés qui n’ont pas la possibilité de se loger dans le parc privé. Il est également nécessaire d’accroître la transparence dans l’allocation de ces logements sociaux.

Il n'était alors pas du tout question de "supprimer le logement social". En septembre, il ajoutait, dans une interview à L'Opinion :



Je propose de supprimer la loi SRU et d’instaurer non pas un plancher de logements sociaux mais un plafond.

La primaire approche, et l'opposition irréductible au mariage pour tous ne suffira pas pour éliminer les Juppé, Sarkozy, Fillon et autres Le Maire...

[Edit 21/01]

Sur Public Sénat et Sud Radio ce jeudi, Hervé Mariton est revenu sur cette proposition : "Quand je dis qu’il faut supprimer le logement social, je ne vais évidemment pas virer de leur logement les gens qui y sont aujourd’hui. Je décris avant tout des réalités", a-t-il expliqué, ajoutant : "Ce qu’il faut, c’est aider les personnes à se reloger et arrêter ce système nomenclaturiste totalement vicié qui est celui d’un secteur administré." Et de détailler :



La majorité des Français ont droit au logement social , [alors que] la majorité des Français modestes ne sont pas logés dans le logement social. [...] Il y a des Français qu’il faut aider à se loger car ils ont peu de moyens. Je propose de les aider à se loger dans un secteur banalisé avec l’aide à la personne. C’est une réforme qui avait été initiée il y a 40 ans mais nous ne sommes pas allés jusqu’au bout. 


À LIRE SUR LE LAB :

Hervé Mariton conjure Nicolas Sarkozy de ne pas se présenter en 2017 (pour éviter la réélection de François Hollande)

Du rab sur le Lab

PlusPlus