Jean-Marie Le Pen hospitalisé pour fatigue morale et physique

Publié à 15h00, le 16 avril 2015 , Modifié à 16h14, le 16 avril 2015

Jean-Marie Le Pen hospitalisé pour fatigue morale et physique
Jean-Marie Le Pen © STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Image Sylvain Chazot


Le "Menhir" est las. Le président d'honneur du Front national a été hospitalisé ce jeudi 16 avril au matin, a annoncé iTÉLÉ. Officiellement, il "n'y a rien de grave". Jean-Marie Le Pen subit des "examens médicaux mensuels de routine", assure le FN à l'AFP.



Interrogé par l'AFP, Jean-Marie Le Pen se veut rassurant. "Ça va bien, je suis dans mon lit. Ça me donne l'occasion de me reposer. C'est un petit problème cardiaque, pas gravissime. La bête est solide", jure-t-il.

Selon les informations du Lab, l'hospitalisation du patriarche Le Pen n'est pas un simple contrôle de routine. Un proche du président d'honneur précise :

Il est très très fatigué, et très marqué moralement.

Il subit donc des examens. Difficile de ne pas voir dans cette hospitalisation la conséquence médicale de l'affrontement politico-médiatique entre Jean-Marie Le Pen et Marine Le Pen. Mais pas seulement. L'entourage du président d'honneur du FN ajoute :

La réaction de Marion Maréchal-Le Pen l'a beaucoup touchée. Elle s'est désolidarisée de ses propos. Ça, plus le fait qu'elle repousse Bruno Golnisch...

Jean-Marie Le Pen se veut très proche de sa petite-fille Marion Maréchal-Le Pen, dont il vante les mérites dès que l'occasion lui est offerte.

Quand Jean-Marie Le Pen a créé la polémique, d'abord sur BFMTV en répétant que les chambres à gaz sont "un détail de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale", puis dans le journal d'extrême droite Rivarol où il avait défendu le maréchal Pétain, la benjamine de l'Assemblée s'est désolidarisée de son grand-père. "Je suis en désaccord sur le fond et je ne peux soutenir de tels propos, avait déclaré Marion Maréchal-Le Pen à Valeurs Actuelles. [...] Je n’oublie pas que le régime nazi et ses alliés ont mis mon pays à feu et à sang, que des milliers de mes compatriotes sont morts dans des conditions atroces, certains de confession juive victimes d’une politique raciste qui aura fait date dans l’histoire."

Lundi 13 avril, après avoir officialisé sa candidature pour être tête de liste en PACA pour les prochaines régionales, Marion Maréchal-Le Pen a refusé la proposition formulée par son grand-père : qu'elle mène la liste et que Bruno Gollnisch préside la région en cas de victoire. "Il est hors de question de faire un ticket avec Bruno Gollnisch. Je ferai un ticket avec quelqu'un qui, comme moi, incarne du renouveau", avait indiqué à La Provence la députée FN. 

[EDIT 16h13] Ajout déclaration de Jean-Marie Le Pen

Du rab sur le Lab

PlusPlus