Pour Christian Estrosi, Éric Ciotti va plus loin que Jérôme Rivière, ancien élu UMP passé au FN

Publié à 07h19, le 20 juillet 2017 , Modifié à 07h19, le 20 juillet 2017

Pour Christian Estrosi, Éric Ciotti va plus loin que Jérôme Rivière, ancien élu UMP passé au FN
Christian Estrosi. © AFP
Image Sylvain Chazot


Longtemps, l'affrontement entre les deux hommes a été larvé. Désormais, il se fait en plein jour. Entre Christian Estrosi et Éric Ciotti, la guerre est aujourd'hui déclarée. À tel point que l'on se demande si, en 2020, à l'occasion des prochaines élections municipales, les deux hommes vont choisir de s'affronter à Nice.

Dans L'Obs ce mercredi 19 juillet, celui qui est redevenu maire de Nice balance sur son collègue député. En ligne de mire, la tendance d'Éric Ciotti à toujours pencher vers sa droite. Une évolution politique qui ne plaît pas à Christian Estrosi, autrefois accusé de suivre le même chemin. L'ex-président de PACA lance : 

C'est moi qui lui avais proposé de devenir député pour remplacer un élu qui se rapprochait de l'extrême droite Jérôme Rivière. Aujourd'hui, il l'a dépassé.

Jérôme Rivière n'est pas un inconnu en PACA. Ancien député UMP des Alpes-Maritimes de 2002 à 2007, il avait été préinvesti, dès novembre 2016, par le FN pour les élections législatives de 2017 dans la 6e circonscription du Var. Début juillet, il s'était fait remarqué en assurant qu'il fallait défendre la sortie de l'euro, quitte à ce que les frontistes "passent pour des nuls" et "se déchirent".

Considérer que quelqu'un a dépassé Jérôme Rivière n'est donc pas chose sympathique. Mais Éric Ciotti n'est pas en reste. L'élu LR semble lorgner de plus en plus sur Nice. À tel point qu'il pourrait se présenter en 2020 aux municipales face à… Christian Estrosi. Le député Les Républicains des Alpes-Maritimes ne nie pas un certain intérêt pour la mairie niçoise. "Je n'exclus rien", assure-t-il dans L'Obs, avant de bander ses muscles : 

Si les municipales avaient lieu demain, je suis sûr que je gagnerais.

Voilà qui ravira à coup sûr Christian Estrosi.

En juin dernier, les deux hommes s'étaient déjà écharpés. Réélu député, Éric Ciotti avait tancé son ancien collègue de l'Assemblée. "Cette victoire ce soir, je la dois à vous. J'ai été élu sans Christian Estrosi et quelque part avec son opposition. Je ne ferai aucun commentaire sur Christian Estrosi. Mais à ceux qui ont fait battre des dizaines de candidats LR, je le dis clairement : vous n'avez plus votre place dans notre parti. Allez rejoindre La République en marche et les petites places qui vous attendent !", avait lancé le député.

Du rab sur le Lab

PlusPlus