Primaire à droite : le grand jeu des pronostics

Publié à 10h32, le 07 avril 2015 , Modifié à 11h07, le 07 avril 2015

Primaire à droite : le grand jeu des pronostics
Hervé Mariton, Gérard Larcher et Edouard Philippe. © AFP et capture d'écran France Inter

PASSION PRONO – Cette fois c’est sûr, la primaire ouverte de la droite aura bien lieu. L'UMP en a dévoilé la charte, jeudi 2 avril au Monde. Reste un critère qui ne dépend pas de l'organisation : le nombre de personnes qui se déplaceront les 20 et 26 novembre 2016 pour y participer.

L'UMP - qui aura probablement un nom différent à ce moment là - fera-t-elle mieux, moins bien, ou jeu égal avec le PS qui avait réuni entre 2,6 et 2,8 millions de votants en 2011 ? A l'UMP, chacun semble avoir son avis sur la question. Et mardi 7 avril, il n'y a pas un élu UMP pour ne pas y aller de son petit pronostic.

Pour Gérard Larcher, invité d'Europe 1, le parti doit au moins faire aussi bien que le Parti socialiste, soit plus de 2,6 millions d'électeurs. Il dit :

Il nous faut au moins réussir autant de votants que le Parti socialiste n’en avait eu.

Un peu plus réservé parce qu’il estime que l’UMP n’a pas encore "l’expérience de cet exercice démocratique" mais tout de même confiant, Hervé Mariton avance dans les pages du Figaro un  "seuil de crédibilité à deux millions d’électeurs".

Pour le très proche d'Alain Juppé, Edouard Philippe, il faut être plus optimiste et dépasser le nombre d’électeurs atteint par la primaire du Parti Socialiste. Invité de Radio Classique, le maire du Havre table sur la participation d’au moins 3 millions d’électeurs. Il dit :

Nous avons essayé de garantir l’organisation, en novembre 2016, d’une primaire qui soit la plus ouverte possible avec un objectif de 3 millions, peut être plus, j’espère plus, d’électeurs.

Et de mobiliser un argument tout partisan :

Les socialistes ont fait 2,8 millions dans leurs primaires, je crois. Moi je n’ai pas vocation à faire moins bien que les socialistes. Visons 3, visons 4 millions.

Faire mieux que le PS, le pari est aussi celui de Thierry Solère, chargé de l’organisation de ce scrutin. Le proche de Bruno Le Maire assurait déjà en décembre que la primaire de l'UMP réunirait plus de 2,5 millions de personnes.

Des prévisions qui, si elles se réalisaient, pourraient venir contrecarrer "le plan" de Nicolas Sarkozy pour la primaire de la droite. Le président de l’UMP tablerait sur une faible participation et la multiplication des candidatures pour remporter l’épreuve. Selon Paris Match, l’ancien président de la République verrait d'un bon oeil la participation d’un million de participants seulement, parmi lesquels de nombreux sarkozystes.

A l'opposé de François Fillon et et Alain Juppé qui espèrent tous les deux entre 2 et 3 millions de participants. Sinon, préviennent-ils, ils n’hésiteront pas à se présenter directement à la présidentielle. Alain Juppé se montre même encore plus précis, il faudra au moins que le scrutin dépasse les 500.000 électeurs pour qu’il en accepte les résultats. Et ne se lance pas dans la course à la présidentielle.

Du rab sur le Lab

PlusPlus