Sur TF1, Marine Le Pen drague ouvertement les électeurs de François Fillon

Publié à 21h19, le 02 mai 2017 , Modifié à 21h19, le 02 mai 2017

Sur TF1, Marine Le Pen drague ouvertement les électeurs de François Fillon
Marine Le Pen © Capture d'écran TF1

C'est un fait : on ne peut pas reprendre des pans entiers de discours d'un ancien adversaire politique sans être suspecté de vol ou de plagiat. Mais comme tout le monde, Marine Le Pen n'aime pas trop les voleurs… Alors forcément, être accusée d'avoir plagié François Fillon lors de son discours de Villepinte, lundi 1er mai, ne la ravit pas.

Mais Marine Le Pen, comme l'ensemble des cadors du FN, a trouvé la parade. Invitée du JT de TF1 ce mardi 2 mai, la candidate à la présidentielle répète donc qu'il s'agissait "d'un clin d'œil". Elle se félicite aussi du buzz occasionné puisque c'est, d'après elle, la seule chose qui fassent "courir" les journalistes. "Du coup c'est pas mal puisque ce discours, il a été entendu des centaines de fois depuis hier [lundi] alors que, probablement, cette partie-là, qui était essentielle, n'aurait pas été écoutée ni entendue", dit-elle.

Et puis, sans que personne ne lui demande rien, Marine Le Pen va brosser les plus de 7 millions d'électeurs de François Fillon dans le sens du poil :

"

Nous avons, avec les électeurs de François Fillon, c'est vrai, en partie la même vision de la France, de sa grandeur, du rôle qu'elle doit avoir dans le monde. Nous avons des divergences sur d'autres sujets mais sur ça, sur la défense de sa culture, de sa langue, nous avons incontestablement des points communs. C'était une manière de le rappeler. Et je suis heureuse que, grâce à vous, il l'est entendu.

 

"

On notera que Marine Le Pen parle bien des "électeurs de François Fillon" et non de François Fillon lui-même. Le discours plagié n'est cependant pas l'œuvre des 7 millions d'électeurs du candidat LR.

Et Marine Le Pen d'expliquer juste après que la reprise de pans entier d'un discours de François Fillon était donc une manière de créer le buzz pour que ces soi-disant points communs entre les deux camps soient repris par la presse. "On vous connaît tellement bien. On sait comment ça marche", affirme-t-elle.

Tout cela serait donc fait exprès. Si si. Elle l'assure.

 

[BONUS TRACK] Il est ressuscité

Vous avez sans doute remarqué que l'on n'y comprend plus grand-chose au sujet de la position de Marine Le Pen concernant l'euro. Quitter l'euro ? Rester ? Les aller-retour des cadres FN à ce sujet donnent le tournis. Et les errements de la candidate à la présidentielle entretiennent ce grand flou. Ce qui peut sembler problématique : en mars, Marine Le Pen expliquait elle-même que "70% de (son) projet ne pourrait être mis en œuvre" sans sortie de l'euro.

Sur TF1, la candidate du FN a donc l'occasion d'éclaircir sa position. Et bien pas du tout. Voici ce qu'elle dit :

"

Je veux que nous retrouvions une monnaie nationale mais je veux le faire par la négociation. Je ne veux pas le faire brutalement. Je ne souhaite pas créer un chaos. Je pense que l'euro va très mal et qu'il faut qu'avec nos partenaires européens, nous envisagions de revenir à la situation antérieure, c'est-à-dire chaque pays avec sa monnaie nationale.

 

"

Rien de bien nouveau, donc. Sauf que ce mardi 2 mai, Marine Le Pen considère que "l'euro va très mal". Ce qui est un progrès pour la monnaie commune. Car dimanche, dans Le Parisien, Marine Le Pen disait ceci :

 

"

L'euro est mort.

"

L'euro est donc ressuscité. C'est un miracle.

Du rab sur le Lab

PlusPlus