Une élue proche de Sens commun nommée présidente de la Commission famille de la région Île-de-France

Publié à 10h52, le 09 février 2016 , Modifié à 12h40, le 09 février 2016

Une élue proche de Sens commun nommée présidente de la Commission famille de la région Île-de-France
Capture d'écran du compte Twitter de Caroline Carmantrand © Twitter
Image Etienne Baldit


SI SI LA FAMILLE - Elle était sur les listes de Valérie Pécresse, qui souhaitait ainsi attirer l'électorat conservateur. Élue conseillère régionale LR au mois de décembre, Caroline Carmantrand vient d'obtenir le poste de présidente de la Commision en charge de la famille et de l'action sociale au conseil régional d'Île-de-France. Côté militant, elle est membre de Sens commun, mouvement ani-mariage gay lié à l'UMP, et co-fondatrice des "mères veilleuses", collectif réclamant l'abrogation de la loi Taubira. Elle est aussi maire-adjoite d'Asnières (Haut-de-Seine), en charge de la famille et de la petite enfance.

Caroline Carmantrand a pris ses fonctions à ce poste samedi 6 février, comme le relaye le site Yagg ce lundi. Avec la bénédiction de Valérie Pécresse, donc, dont l'entourage tient cependant à rappeler que l'élue n'est pas là pour appliquer ses idées mais celles de la patronne. Auprès de Yagg, l'entourage de Valérie Pécresse explique :

La commission famille a pour rôle de s'occuper de sujets comme la généralisation de la tarification du quotient familial ou encore le financement des crèches. [...] Sa mission est de défendre de la famille, en respectant la feuille de route donnée par Valérie Pécresse lors de la campagne des Régionales.

[...] La Commision famille respecte la loi et l’applique, le plan d’action de l’exécutif, mis en œuvre, est le projet présenté pendant la campagne, connu et public. Sur la loi Taubira, ce n’est pas à la région de se positionner sur ce débat national.

Durant la campagne des régionales, Valérie Pécresse avait été attaquée par le camp Bartolone pour ses positions précédentes sur le mariage gay. Elle qui voulait, en 2012, "démarier" les couples homosexuels mariés depuis le vote de la loi Taubira, avait depuis fait marche arrière. "L’abrogation, elle, n’est pas humainement réaliste", corrigeait-elle en novembre 2014, expliquant avoir "changé d’avis" sur le sujet après avoir "tout simplement réfléchi".

La future présidente de région avait cependant tenu une position inquiétante pour les associations militant pour les droits des personnes LGBT. La candidate indiquait alors vouloir couper les subventions des associations "politisées", parmi lesquelles l'inter-LGBT s'était senti particulièrement visée. Valérie Pécresse disait alors :



S'ils portent un projet d'intérêt régional, de lutte contre l'homophobie par exemple, nous les subventionnerons. [...] Ils font ça aujourd'hui, mais enfin, ils ont aussi beaucoup manifesté pour la loi Taubira, ils ont aussi beaucoup fait des tracts...

Une lutte militante en faveur du mariage pour tous devenait ainsi un motif éventuel d'arrêt des subventions régionales.

Samedi, Sens commun s'est félicité de l'élection de Caroline Carmantrand dans un communiqué, par la voix de son président Sébastien Pilard (par ailleurs délégué national de Les Républicains en charge des entrepreneurs et élu au conseil régional des Pays-de-Loire, présidé par Bruno Retailleau, fervent opposant à la loi Taubira) :



À travers cette élection, le conseil régional d’Île-de-France et les équipes de Valérie Pécresse en particulier ont reconnu les compétences de Caroline Carmantrand pour les affaires familiales : je souhaite saluer la confiance qu’ils lui ont accordée.

En novembre 2014, Caroline Carmantrand avait créé une petite polémique en retweetant un message anti-mariage gay de Marine Le Pen. L'Humanitéajoutait qu'elle s'était "fait connaître au sein d’un groupuscule qui entonnait des chants religieux en plein conseil municipal pour protester contre le mariage pour tous".

Cette élection fait en tout cas écho à une nomination récente dans l'organigramme de LR. Nicolas Sarkozy a en effet décidé de nommer Catherine Giner au poste de déléguée nationale à la famille. Cette dernière est une des figures de la Manif pour tous dans les Bouches-du-Rhône, très engagée dans la lutte contre le mariage entre personne de même sexe, la PMA, la GPA et l'IVG.

En janvier, Christian Estrosi avait nommé Catherine Giner conseillère régionale à la Famille. Face au tollé qu'entraînait cette nomination, le président de PACA avait reculé, précisant que l'élue serait en charge de l'intergénérationnel sous l'autorité de Georges Leonetti.

Valérie Pécresse, elle, n'a pas reculé.

Du rab sur le Lab

PlusPlus