VIDÉOS - Passé l'hologramme de Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen truste l'attention médiatique

Publié à 16h35, le 05 février 2017 , Modifié à 17h53, le 05 février 2017

VIDÉOS - Passé l'hologramme de Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen truste l'attention médiatique
Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen, ou la bataille du capital médiatique © Montage Le Lab via BFMTV et Itélé
Image Etienne Baldit


L'HOLOGRAMME NE SUFFIT PAS - C'est un carambolage comme il y en a eu plusieurs lors des dernières soirées électorales. Lorsque deux prises de parole se font simultanément, les médias et les chaînes d'info en particulier ont peu de choix, si ce n'est celui de privilégier l'une à l'autre. Et en général c'est 1) le favori, 2) le vainqueur du soir ou 3) le plus connu qui gagne la bataille de la médiatisation. Illustration avec les meetings très attendus de Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen, dimanche 5 février. 

Emmanuel Macron avait eu la prudence d'organiser son événement lyonnais la veille, s'assurant un relais médiatique maximal (malgré le match de rugby Angleterre-France concomitant). Présents eux aussi dans la "ville des Lumières" (qui a donc un peu été le centre du monde politique français pendant 48 heures) ce dimanche, les candidats respectifs de la France Insoumise et du Front national se sont au contraire rentrés dedans, d'un point de vue cathodique.

Et il y avait beaucoup d'attentes autour de leurs apparitions : Jean-Luc Mélenchon allait enfin nous montrer à quoi ressemblait son fameux hologramme qui lui permettait d'être à la fois à Lyon physiquement et à Paris technologiquement ; Marine Le Pen, elle, allait enfin exposer son programme en détail et entrer définitivement en campagne avec un premier meeting depuis belle lurette et après un mois de janvier pourri de chez pourri.

Et il faut bien dire que du côté de Mélenchon, "l'effet waouh" du jour était assez fou :









Il était alors 14h30 à peine passées. Les chaînes d'info ont donc relayé ce qui est sinon une première mondiale, à tout le moins une innovation majeure pour la (communication) politique française. BFMTV et iTélé, notamment, étaient en direct. Franceinfo: y a passé une tête en duplex, contrairement à LCI. Mais au bout d'une demi-heure, a eu lieu l'entrée en scène de celle que tous les sondages depuis des mois et des mois donnent en tête du premier tour de la présidentielle. Hop, les télés zappent vers Le Pen. Voilà ce que ça a donné sur iTélé :





Et sur BFMTV :





Et la présidente du FN a, quant à elle, vu la totalité de son discours retransmise, sans interruption, sur BFMTV, iTélé, LCI et Franceinfo:. Une fois le basculement opéré, les 4 chaînes d'info n'ont plus lâché la présidente du parti d'extrême droite pendant plus d'une heure. On a donc assisté ce long moment où le choix télévisuel était assez restreint :



Les téléspectateurs qui voulaient du Jean-Luc Mélenchon n'avaient plus qu'à se rabattre sur Youtube...





LCI et Franceinfo: ont toutefois décidé de passer le discours de Jean-Luc Mélenchon en différé, après celui de Marine Le Pen :





Conclusion et note pour plus tard : 





Du rab sur le Lab

PlusPlus