11 députés PS se sont abstenus lors du vote de confiance au gouvernement de Manuel Valls

Publié à 21h11, le 08 avril 2014 , Modifié à 22h19, le 08 avril 2014

11 députés PS se sont abstenus lors du vote de confiance au gouvernement de Manuel Valls
Les 11 députés PS abstentionnistes (MaxPPP)

Manuel Valls a obtenu, comme prévu, la confiance de l’Assemblée nationale. Le nouveau Premier ministre dépasse même la majorité absolue de 33 voix. Un résultat obtenu grâce au groupe socialiste dont 279 députés sur 291 ont approuvé la déclaration de politique générale du gouvernement.

A contrario, 11 parlementaires PS se sont abstenus :

#Jérôme Guedj, député de l’Essonne


#Henri Emmanuelli, député des Landes


#Pascal Cherki, député de Paris


#Pouria Amirshahi, député des Français établis hors de France


#Fanélie Carrey-Conte, députée de Paris


#Nathalie Chabanne, députée des Pyrénées-Atlantiques


#Jean-Pierre Dufau, député des Landes


#Philippe Noguès, député du Morbihan


#Barbara Romagnan, députée du Doubs


#Gérard Sebaoun, député du Val-d'Oise


#Suzanne Tallard, députée de Charente-Maritime


Peu après le vote de l’Assemblée nationale, quatre d’entre eux - Jérôme Guedj, Pouria Amirshahi, Fanélie Carrey-Conte et Nathalie Chabanne – ont cosigné le communiqué des "initiateurs de l’appel des Parlementaires". Ils y expliquent les votes du mardi 8 avril :

En conscience, beaucoup d’entre nous ont choisi de participer à l’investiture du nouveau Gouvernement. D’autres ont choisi l’abstention. Nous restons solidaires dans une démarche collective. Ni chèque en blanc, ni agitation stérile, notre objectif est bien de construire confiance et vigilance.

Mais ils préviennent également :

Nous confirmons qu’après ce vote d’investiture, nous ne saurions  adopter le pacte de responsabilité en l’état.

Le nombre de députés abstentionnistes aurait malgré tout pu être plus élevé. Après le second tour des municipales, plusieurs parlementaires "frondeurs". Au moins 86 avaient signé un "contrat de majorité", texte qui définisait les conditions dont ces parlementaires accorderaient leur confiance au nouveau gouvernement.

Lundi soir, Bruno Le Roux, chef de file des députés socialistes, leur avait répondu dans une lettre adressée à l’ensemble du groupe PS :

Nous sommes déterminés, cela est nécessaire. Nous sommes solidaires, c'est la condition de notre réussite.

Du rab sur le Lab

PlusPlus