Accusé d'avoir caché un million d'euros en Suisse, le député UMP Brochand dénonce un régime de "Stasi"

Publié à 19h55, le 18 novembre 2014 , Modifié à 19h58, le 18 novembre 2014

Accusé d'avoir caché un million d'euros en Suisse, le député UMP Brochand dénonce un régime de "Stasi"
Bernard Brochand © REUTERS/Charles Platiau

Le député UMP des Alpes Maritimes Bernard Brochand est visé, depuis mardi 18 novembre, par une enquête préliminaire, révèle France Info. Le parlementaire est accusé d'avoir dissimulé un million d'euros sur un compte en Suisse – ce qui est interdit mais que certains, parmi la soixantaine de parlementaires en délicatesse avec le Fisc évoquée par Le Canard Enchaîné fin octobre, pourraient avoir oublié.

Cette enquête fait suite à celles ouvertes jeudi 13 novembre par le procureur de la République de Paris sur les déclarations de patrimoine du député Lucien Degauchy et du sénateur Bruno Sido. Tous deux, comme Bernard Brochand, sont soupçonnés de ne pas avoir déclaré des comptes en Suisse. Mais ils affirment tous être en accord avec la loi.

Comme le rappelle Le Canard Enchaîné ce mardi 18 novembre, Bernard Brochand a cosigné plusieurs textes de loi pour punir les politiques qui ne respectent pas la loi et le fisc. Contacté par le palmipède avant même que l'ouverture d'une enquête préliminaire le concernant ne soit révélée, le député UMP s'énerve.

Voici ce qu'il déclare au Canard :

Je vais m'expliquer avec le procureur ! Ça va mal aller ! Ce pays n'aime pas les gens qui gagnent de l'argent ! C'est la Stasi !

Une référence à la police politique de l'Allemagne de l'Est qui fait écho à celle du sénateur Christian Cambon. Le 14 novembre, il s'était inquiété de l'avènement d'un "régime de Gestapo" après les accusations portées contre Lucien Degauchy, Bruno Sido et Bernard Brochand.

Ce dernier, toujours au Canard, se désole de la manière dont il est traité. Il ajoute :

Quand je pense que l'on me traite ainsi, alors que c'est moi qui ai inventé la pub pour le Canada Dry et le contrat de confiance Darty !

Ou comment le député explique l'origine de sa fortune, comme il l'avait déjà fait le 15 novembre auprès de Nice Matin.

Du rab sur le Lab

PlusPlus