Dans "Des paroles et des actes", Florian Philippot sort une boite de tranquillisants pour Manuel Valls

Publié à 07h22, le 13 mars 2015 , Modifié à 19h44, le 13 mars 2015

Dans "Des paroles et des actes", Florian Philippot sort une boite de tranquillisants pour Manuel Valls
Florian Philippot et Emmanuel Macron dans DPDA le 12 mars 2015. © image France 2

GROSSE FICELLE - La séquence a conclu le houleux débat entre Emmanuel Macron et Florian Philippot le 12 mars au soir dans Des paroles et des actes sur France 2 : à 23h passé, le numéro 2 du FN brandit ce qu'il présente comme une boite de "tranquillisants" à destination de Manuel Valls car le Premier ministre serait "assez énervé en ce moment". Il lance, goguenard :

 

Je vous laisse pour votre Premier ministre quelques tranquillisants - vous en prendrez aussi - ça lui fera du bien car on le sent assez énervé en ce moment, par exemple hier à l’Assemblée nationale. C’est naturel ce sont des herbes.

Voici le passage isolé par le Lab :



Au-delà du "coup" télévisé, le message de Florian Philippot n'est pas anodin. Le matin-même, le Front national a en effet rebondi par communiqué sur l'énervement du Premier ministre lors des questions au gouvernement du 10 mars. Durant 4 minutes, Manuel Valls avait répondu à Marion Maréchal-Le Pen par une tirade assez enflammée anti-FN. Dans la foulée, et comme l'a repéré le Huffington Post, une flopée de sites complotistes et d'extrême droite se sont attardés à coup de vidéos zoomées sur le fort tremblement de la main gauche du chef du gouvernement durant son discours, en tirant les conclusions les plus folles.

Ce qui devait se cantonner à une certaine sphère a été repris ... par le Front national. Le 12 mars au matin, le député européen FN Gilles Lebreton a ainsi diffusé un communiqué intitulé "Le main gauche de Manuel Valls le trahit". Il y demande tout simplement la démission du Premier ministre :

Il est inquiétant de voir un Premier ministre dans un tel état, après moins d'un an de responsabilité. Un homme qui perd à ce point le contrôle de lui-même doit être relevé d'urgence de ses fonctions.

Avec sa boite de tranquillisants, Florian Philippot fait donc en réalité un énorme clin d’œil aux adeptes de "la main qui tremble", frontistes ou complotistes.

Une ironie qui n'est pas non plus sans rappeler celle de Nicolas Sarkozy qui, de meetings en meetings pour les départementales, moque "l'état de nerfs" du Premier ministre.

[Edit 19h45] Valls n'est "pas dans son état normal"

Invité du Grand Journal de Canal + vendredi 13 mars au soir, Florian Philippot est revenu sur l'épisode des tranquillisants. "J'ai reçu beaucoup de messages [de soutien], a-t-il assuré. Parfois, un petit geste vaut mieux qu'un grand discours". Puis, après la diffusion d'une vidéo du fameux échange Valls-Le Pen dans l'hémicycle, avec effet de loupe sur la (fameuse elle aussi) main qui tremble, le vice-président du FN a déclaré :

 

Le Premier ministre, depuis quelques temps, n'est pas dans son état normal, il n'est pas dans son assiette. Il vocifère en permanence, il est extrêmement haineux, il a des mots absolument inadmissibles.

Et d'ajouter, au sujet de la "stigmatisation" du FN revendiquée par Manuel Valls : 

 

Je pense qu'il ne se maîtrise plus, de plus en plus de Français le pensent.

"Pas dans son état normal", "il ne se maîtrise plus"... une certaine gradation dans les sous-entendus, par rapport au "on le sent assez énervé" prononcé sur France 2.

Du rab sur le Lab

PlusPlus