Hollande reçoit les frondeurs : "l'écoeurement" des députés légitimistes

Publié à 07h48, le 11 mars 2015 , Modifié à 09h29, le 11 mars 2015

Hollande reçoit les frondeurs : "l'écoeurement" des députés légitimistes
Christophe Caresch et les frondeurs Jérôme Guedj, Jean-Marc Germain, Laurent Baumel et Christian Paul. © images AFP

JALOUX JALOUX - Une rencontre entre François Hollande et les députés dits "frondeurs" est au programme de ce mercredi 11 mars. Une délégation reçue à l'Elysée selon ces parlementaires, un "simple apéro" au cours duquel le président de la République devrait passer une tête selon l'Elysée. Seule chose certaine, la démarche irrite profondément les non-frondeurs, les légitimistes.

L'un d'entre eux, à classer dans la team pro-Valls, est particulièrement remonté dans Le Parisien de ce mercredi. Il s'agit du député Christophe Caresche. Et il y va franco :

"

Tu veux être reçu par François Hollande ? C'est simple, ne vote pas ses lois ! (...)



Je suis écœuré, effondré même. Quand on a passé des nuits à assurer la majorité à ce gouvernement en se faisant traiter de noms d'oiseaux par les frondeurs, les voir plastronner chez Hollande, non, ça ne passe pas. Le président fait une grave erreur : en les recevant ensemble, il les reconnaît officiellement.

"

Ça ne passe pas non plus chez un autre député très anti-frondeur, François Loncle :

"

J'espère que ce n'est pas une façon de privilégier l'indiscipline et la dissidence par rapport aux députés loyaux que nous sommes.

"

On notera que ces histoires de rencontres-apéros autour des membres de l'exécutif a toujours suscité des tensions. Début décembre 2014, les râleurs étaient chez les frondeurs, déçus d'avoir été exclus d'un rendez-vous de ce type avec Manuel Valls.

"Ça a quand même des allures de réunion de tribu autour du Premier ministre", s'était alors ému Christian Paul, l'une des figures des frondeurs. "Si c'est une réunion de courant, est-ce bien le rôle du Premier ministre de s'occuper de ça en ce moment ? Si c'est une rencontre de la majorité, pourquoi tout le monde n'est pas présent ?", s'était interrogé l'ancien ministre délégué à l'Agroalimentaire Guillaume Garrot.

Finalement, il y en a donc pour tout le monde.

Du rab sur le Lab

PlusPlus