Jean-François Copé assure que l'UMP aura remboursé sa dette de 55 millions d'euros en 2017

Publié à 13h00, le 16 mars 2014 , Modifié à 13h00, le 16 mars 2014

Jean-François Copé assure que l'UMP aura remboursé sa dette de 55 millions d'euros en 2017
Jean-François Copé, sur le plateau d'Europe 1. (Capture d'écran i>Télé)

DETTE A DETTE - En septembre dernier, l'UMP s'était félicitée d'avoir réuni les 11 millions d'euros nécessaires au remboursement de la dette laissée par la campagne de Nicolas Sarkozy.

A l'époque, le premier parti d'opposition avait mobilisé ses partisans pour réunir une somme déjà colossale, via des dons.

Il sera difficile de réitérer l'expérience pour apurer la dette du parti en lui-même. Elle est en effet, à en croire son président Jean-François Copé, cinq fois plus importante.

Invité du Grand Rendez-Vous Europe 1/Le Monde/i>Télé, le président de l'UMP a en effet évoqué une dette "de l'ordre de 55 millions d'euros", qui doit être apurée d'ici trois ans :

La dette fait l'objet d'un plan de remboursement très rigoureux, très régulier. Nous aurons finalisé son remboursement à la fin du quinquennat.

Accusé d'avoir laissé Bygmalion, société dirigée par ses proches, surfacturer pour 8 millions d'euros de prestations à l'UMP, Jean-François Copé s'est dit serein quant à l'enquête judiciaire le visant. Le terme même de surfacturation est "un peu spécieux", a-t-il assuré :

J'accueille cette enquête préliminaire de manière très positive, très sereine. Cela permettra de montrer de façon parfaitement claire que la gestion de notre parti s'est faite de manière très rigoureuse.

Que les partisans de l'UMP se rassurent, en effet, l'UMP est très bien géré, assure son président :

J'en profite pour dire à tous ceux, innombrables, qui soutiennent l'UMP qu'il ne faut pas se laisser impressionner tout ça.

Et Jean-François Copé d'en remettre une couche de "média bashing" :

La manière dont c'est présenté est systématiquement à charge. L'UMP est géré de manière rigoureuse, il n'y a vraiment pas d'excès, loin s'en faut. Nous respectons le programme de désendettement.

Sur la gestion de la dette en tout cas, on connaîtra l'étendue de cette rigueur au printemps 2017.

Du rab sur le Lab

PlusPlus