La colère de Nicolas Sarkozy après son élection à la tête de l'UMP, sujet le plus lu de la semaine

Publié à 16h21, le 06 décembre 2014 , Modifié à 16h26, le 06 décembre 2014

La colère de Nicolas Sarkozy après son élection à la tête de l'UMP, sujet le plus lu de la semaine

#TOPHEBDO – Avant de retrouver notre #FlopHebdo dimanche, voici le traditionnel top des articles les plus lus cette semaine sur Le Lab. Le winner cette semaine : le coup de sang de Nicolas Sarkozy contre les médias mais surtout Bruno Le Maire, après sa (ré)élection à la tête de l'UMP. 

# 1 - La grosse colère de Nicolas Sarkozy après son élection à la présidence de l'UMP

Son score de 64,5% est finalement un brin décevant. Alors, Nicolas Sarkozy a un peu mal pris le fait que les médias commentent allègrement le bon score de Bruno Le Maire (presque 30%), samedi 29 novembre. Voici ce qu'il a dit à ses proches, selon Le Canard Enchaîné :

"

Dans un parti, quand il y a un grand favori, n'importe quel couillon peut faire un score de 30%. [...] Bruno, c'est du pipeau ! Il finira en slip kangourou. 

"

[À LIRE ICI]

# 2 - L'ancien appartement d'Arnaud Montebourg mis en vente 480.000 euros de plus que ce que le ministre avait déclaré en 2013

L'Opinion révèle une petite annonce postée sur internet par l'ex-épouse d'Arnaud Montebourg. Le bien mis en vente ? L'ancien appartement de celui qui fut ministre de l'Économie (il en était propriétaire à 40%). 1.370.000 euros, c'est son prix. Problème : cet appartement avait été évalué en mars 2013 à 890.000 euros par Arnaud Montebourg. La valeur du bien a donc augmenté de 480.000 euros en un an et demi.

Au Lab, Arnaud Montebourg assure qu'il n'est plus propriétaire de cet appartement depuis juillet 2014. Il ajoute :

"

On ne peut pas me dire que j'ai sous-déclaré la valeur de l'appartement. J'ai revendu mes parts 120.000 euros, soit très en dessous de ce que j'avais déclaré. 

"

[À LIRE ICI]

# 3 - Un cadre du parti de gauche estime que Najat Vallaud-Belkacem est "dangereuse pour l'école"

François Cocq, enseignant et secrétaire national du parti de gauche, s'en prend violemment à Najat Vallaud-Belkacem sur son blog. Dans son viseur : le rapport remis à la ministre par le Conseil supérieur des programmes, document qui met en cause l'utilité des notes à l'école. François Cocq lâche ses coups contre la ministre de l'Éducation nationale :

"

Quant à Najat Vallaud-Belkacem, elle a une vision tellement rabougrie de l’École qu’elle aussi pourrit tout ce qu’elle touche. [...] Elle est trop dangereuse pour l’École et la République pour pouvoir plus longtemps accomplir son travail de sape dans l’impunité et être titularisée à son poste. Elle aussi doit être instamment révoquée.

"

[À LIRE ICI]

# 4 - L’ancienne ministre Michèle Delaunay envisage de céder sa fortune à la République

Son patrimoine de 5,4 millions d'euros lui avait attiré les demandes en mariage amusées de certains de ses collègues ministres. Éjectée du gouvernement avec l’arrivée de Manuel Valls à Matignon, Michèle Delaunay "envisage, probablement par le biais d’une fondation, de céder sa fortune à la République"

Son patrimoine, principalement immobilier, lui a été légué par ses parents, tous deux serviteurs de l’Etat. Son père a en effet été préfet de la région Aquitaine alors que sa mère fut quant à elle inspectrice générale de l’Education nationale.

[À LIRE ICI]

# 5 - François Hollande est toujours en "détachement" de la Cour des comptes (et gagne donc des points retraite)

La retraite de François Hollande s'élèvera-t-elle à près de 36.000 euros ? C'est ce qui ressort des informations de Marianne. Selon l'hebdomadaire, François Hollande, ancien magistrat à la Cour des comptes, est en "détachement" de la fonction publique – et non en disponibilité comme cela est imposé aux membres du gouvernement depuis la loi sur la transparence de la vie publique. Du coup, le président voit ses points de retraite se cumuler avec son avancement de carrière.

Ajouté à ce qu'il touchera au titre de ses mandats locaux (6.000 euros), de parlementaire (6.800 euros), de président de la République (6.000 euros) et, ce n'est pas négligeable, les 12.000 euros par mois que lui conféreront son statut de membre de droit du Conseil constitutionnel, on arrive à la rondelette somme de 35.700 euros de retraite par mois. Des chiffres démentis par l'Élysée samedi 6 décembre. 

[À LIRE ICI]

Du rab sur le Lab

PlusPlus