Le multiplex politique du 15 mars avec Cambadélis, NVB, Bartolone et NKM

Publié à 17h14, le 15 mars 2015 , Modifié à 20h34, le 15 mars 2015

Le multiplex politique du 15 mars avec Cambadélis, NVB, Bartolone et NKM

#MULTIPLEXPOLITIQUE – Une fois n’est pas coutume, le multiplex politique de ce dimanche 15 mars est paritaire avec deux hommes et deux femmes invités. Car, comme l’avait relevé le Lab, d'ordinaire, les émissions politiques dominicales consacrent une écrasante présence masculine.

Au programme des interviews dominicales de ce 15 mars, Jean-Christophe Cambadélis, le Premier secrétaire du PS, dans C Politique, Najat Vallaud-Belkacem, la ministre de l’Education nationale, dans BFM Politique, Claude Bartolone, le président de l’Assemblée nationale, dans Tous politiques et Nathalie Kosciuscko-Morizet, la vice-présidente déléguée de l’UMP, dans Le Grand Jury.

Comme chaque semaine, le Lab se plie en quatre pour vous livrer les morceaux choisis de ces interviews politiques.

>> Jean-Christophe Cambadélis, C Politique, France 5



#RAY-BAN

Dans un reportage sur un de ses déplacements de campagne, en vue des élections départementales, à Cannes, le patron du PS est ébloui par le soleil. Interrogé sur l’absence de lunettes de soleil, Jean-Christophe Cambadélis lance :

"

Un responsable politique avec des lunettes de soleil, ça le fait pas trop.

"

Faut-il y voir une petite pique à l’attention de Nicolas Sarkozy – qui refuse de lui répondre au téléphone et de débattre avec lui - , connu pour ses poses avec des Ray-Ban ?

#GAUCHE PLURIELLE

Artisan de la gauche plurielle sous Lionel Jospin, Jean-Christophe Cambadélis est partisan d'un retour des écolos au sein de la majorité gouvernementale. Il appuie donc là où cela fait mal au sein d'EELV menacé par un schisme entre pro-Hollande et les réfractaires à la politique du chef de l'Etat. "Je vois où Cécile Duflot veut emmener les écolos", dit le boss de la rue de Solférino avant d'ajouter :

"

Dans une alliance avec Jean-Luc Mélenchon, contruire un Podemos à la française.

"

"La trajectoire de Cécile Duflot est étonnante", poursuit le député PS de Paris. Ni une, ni deux, la députée EELV n'a pas tardé à lui répondre :

Une critique à laquelle Jean-CHristophe Cambadélis a répondu en fin d'émission, expliquant qu'il n'est surtout pas d'accord avec sa stratégie.

"

Je l'ai écouté ce matin. Elle n’est pas maladroite. Elle pose des conditions dont elle sait qu’elles ne seront pas satisfaites. Et surtout je l’ai lu dans Libération. Je n’ai pas de problème avec elle. Je l’aime bien et je pense qu’elle fait de la politique à partir d’une stratégie parce qu’elle pense la politique. Je ne suis pas d’accord avec sa stratégie. Ce n’est pas un problème d’écoute, c’est un problème de sens.

"

>> Claude Bartolone, Tous politiques, France Inter/Le Parisien/France 3



#MÉTHODE COUÉ

Plusieurs indicateurs économiques sont au vert (parité euro/dollar, prix du baril de pétrole…). Alors les responsables socialistes veulent voir le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide. Comme Jean-Christophe Cambadélis, qui estime que "ça repart !", Claude Bartolone se veut confiant. Et il est n'est "pas sous ecstasy", c'est lui qui le dit.

"

Je le dis, et je ne suis pas sous ecstasy, le pays est en train de bouger. Lorsque je vois ce que nous avons remporté comme victoire dans la décision de l’Europe de bouger, quand la Banque centrale européenne met 1.100 milliards sur la table sur trois ans… Entre le CICE, la baisse de l’énergie, il peut y avoir une accélération pour les entreprises françaises. Ce sont des éléments qu’il faut avoir à l’esprit.

"

#ASSEMBLÉE > MINISTÈRES 

Claude Bartolone est fier de sa réforme du règlement de l’Assemblée nationale. Une réforme qui fait suite à une modification des règles d’attribution de la réserve parlementaire. Pour défendre la transparence qui existe à la chambre basse, l’homme du perchoir explique que la transparence de l’Assemblée est bien plus avancée que celle des ministères. Il développe :

"

Lorsque cet argent est distribué par les ministères, sur quels critères c’est fait ? Sur quelle transparence ? Jamais la réserve n’a été aussi utile et transparente qu’à l’Assemblée nationale.

"

>> Nathalie Kosciusko-Morizet, Le Grand Jury, RTL/Le Figaro/LCI



#SOUTINE

Nathalie Kosciusko-Morizet est numéro 2 de l’UMP. Et montre des muscles. Cela passe par s’afficher sur les plateaux télé bien entourés. Ce dimanche soir, sur le plateau du Grand Jury, la députée UMP de l’Essonne est ainsi accompagnée de Pierre-Yves Bournazel, de Philippe Goujon, de Valérie Debord (qui n’est pas forcément de son courant), de Guillaume Larrivé ou encore de Fabienne Keller.

#MAO

"Peut-on être vice-présidente de l’UMP et songer à la primaire ?" est-il demandé à NKM, qui répète qu'elle n'exclut pas de se présenter en 2016. "Et pourquoi pas ?" réplique-t-elle avant d'expliquer être "complètement investie aujourd’hui" tout en voulant "rester libre en 2016 si je trouvais que les idées qui sont les miennes parfois de manière un peu forte ne sont pas représentées". "Je veux être libre de pouvoir y aller", renchérit-elle avant de citer Mao Tsé-Tung.

"

Je vais vous dire un proverbe chinois, pas de n’importe quel chinois, il est de Mao : "la soupe chaude, elle se mange cuillère après cuillère sinon on se brûle". Voilà !

"

#DÉFROQUÉE

On l'a appris ce dimanche, Nathalie Kosciusko-Morizet a démissionné de la fonction publique. "Un choix personnel", arrêté depuis 2012, explique-t-elle qu'elle ne conseille pas forcément aux jeunes parlementaires.

>> Najat Vallaud-Belkacem, BFM Politique, BFMTV/Le Point/RMC



#EMBALLAGE

Pour Jean-Christophe Cambadélis, le FN est certes "légal", mais n’est pas "républicain", affirme-t-il ce dimanche soir. Najat Vallaud-Belkacem partage ce point de vue et estime que ce n’est qu’une question "d’emballage". Donc de forme. Selon elle, sur le fond, le FN, dont de nombreux candidats aux départementales sont pris la main dans le pot du dérapage, reste le même. Elle dit :

"

Certains ont cru à l’emballage républicain.

"

Et de soutenir la croisade de Manuel Valls contre le parti de Marine Le Pen, "le parti de la haine" selon elle. "Je trouve très bien que le Premier ministre s’engage dans le combat contre le Front national", ajoute-t-elle par rapport aux propos du chef du gouvernement qui revendique de "stigmatiser" la présidente frontiste.

#IMPRESARIO

Face au député UMP Gérald Darmanin, qui avait qualifié Christiane Taubira de "tract ambulant" pour le FN – ce qui lui avait valu de se faire enguirlander par Manuel Valls à l’Assemblée nationale – Najat Vallaud-Belkacem s’est dire "atterrée" par ces propos. "Et atterrée par votre persistance à les maintenir", insiste la ministre de l’Education nationale qui cible la responsabilité de Nicolas Sarkozy :

"

Que Nicolas Sarkozy demande à ses sbires de s’adresser aux plus bas instincts de ses électeurs, ça ne m’étonne pas du tout. Mais de votre part, je suis tombée de ma chaise.

"

Pour la ministre de François Hollande, avec ces propos sur la Garde des Sceaux, Gérald Darmanin a "fait sauter les digues avec l’extrême droite".

A la droite qui assure que le PS fait monter le FN, NVB réplique que Nicolas Sarkozy a été, depuis 2007, "le meilleur impresario du FN".

Du rab sur le Lab

PlusPlus