Le spectacle des questions au gouvernement post-élections européennes du 27 mai

Publié à 14h56, le 27 mai 2014 , Modifié à 16h10, le 27 mai 2014

Le spectacle des questions au gouvernement post-élections européennes du 27 mai
François Baroin et Bernard Accoyer (DR)

#QAG – Les députés se retrouvent ce mardi 27 mai pour la traditionnelle séance de questions au gouvernement. Cette séance survient deux jours après la victoire du Front national aux élections européennes, un jour après l’allocution télévisée du chef de l’État et les accusations de l'avocat de la société Bygmalion, quelques heures à peine après l’annonce de la démission de Jean-François Copé de la présidence de l’UMP...

Voici la liste des interventions de ce mardi 27 mai : 



#PRÉSENCE

Cette séance est marquée par la présence du Claude Sérillon, conseille de François Hollande. Il discute avec le député PS des Français de l’étranger Pouria Amirshahi. 



#CATACLYSME

Question du député PCF André Chassaigne qui fustige la "responsabilité" de François Hollande dans le "cataclysme" des élections européennes.

Manuel Valls lui répond et, après avoir reconnu "le score très faible du Parti socialiste", renvoit André Chassaigne au score du Front de gauche :

Oubliez la démagogie, regardez la réalité en face et rejoignez ceux qui veulent redresser le pays !

#FATIGUE

L’UMP vit des heures mouvementées depuis les accusations, lundi 26 mai, de l’avocat de Bygmalion. François Baroin accuse le coup et baille en plein hémicycle (voir GIF ci-dessus) 

#DÉFENSE DE TAUBIRA

Question d’Éric Ciotti qui interroge Manuel Valls qui, lorsqu’il était ministre de l'Intérieur, avait émis des *réserves* auprès de François Hollande concernant la réforme pénale de Christiane Taubira.  

Vous avez cédé à la branche la plus radicale de votre camp.

Réponse de Manuel Valls : "Cette question je l’attendais depuis plusieurs semaines", commence-t-il. Il ajoute :

Nos prisons n’ont jamais été aussi pleines. Est-ce que pour autant nous avons gagné en efficacité en matière de lutte contre la délinquance ?

Le Premier ministre évoque aussi la sortie du sénateur Jean-René Lecerf qui, le 12 mai dans Libération, dénonçait  le "procès en sorcellerie [qui] est fait à Christiane Taubira". Il défend également sa garde des sceaux, victime selon lui d’attaques permanentes et inacceptables. 

La ministre de la Justice semble apprécier cette défense : 



#SUPPORTER

Depuis le début de cette séance des questions au gouvernement, le député Olivier Falorni tient dans ses mains une écharpe jaune et noire. Contacté par Le Lab, il s’explique :

Il s’agit de l’écharpe du Stade rochelais qui est monté en Top 14 dimanche.

Heureux de cette montée, Olivier Falorni en profite pour chambrer son "collègue de Pau qu’on a battu en demi-finale".  



#COUCOU

Échange d’amabilités à l’Assemblée. Apercevant Claude Sérillon en quittant l’hémicycle, Manuel Valls lui fait coucou de la main



Il était temps. Le conseiller de François Hollande est présent depuis le début des questions au gouvernement.  

Du rab sur le Lab

PlusPlus