Les propositions de Martine Aubry "sentent la naphtaline", pense Gérard Larcher

Publié à 11h42, le 19 octobre 2014 , Modifié à 11h42, le 19 octobre 2014

Les propositions de Martine Aubry "sentent la naphtaline", pense Gérard Larcher
Gérard Larcher sur Europe 1, le 19 octobre 2014. (Capture d'écran i-Télé)

ANTIMITE - Comment rejeter en bloc les propos d'un adversaire politique ? On peut les réfuter point par point. On peut aussi disqualifier leur auteur... En affirmant, comme Gérard Larcher, qu'il est un peu ringard.

On se souvient de Valéry Giscard d'Estaing qui s'escrimait à faire passer François Mitterrand pour un "homme du passé" - et comment il s'était fait prendre à son propre jeu lors du débat de l'entre-deux tours 1974.

Moins iconique sans doute, le nouveau président du Sénat, Gérard Larcher. Invité du Grand Rendez-vous Europe 1, i-Télé, Le Monde, le 19 octobre 2014, il a jugé que l'interview de Martine Aubry dans le JDD du jour sentait... la naphtaline.

Ce produit chimique, souvent présenté sous la forme de petites billes blanches, est un puissant répulsif à insectes, longtemps utilisé pour conserver les (vieux) vêtements. Gérard Larcher la définit comme suit :

La naphtaline, produit dépassé et produit toxique que les vétérinaires connaissent bien.

Sentir la naphtaline, c'est ne plus être de toute première jeunesse. 

Comme les propositions de Martine Aubry, donc, selon Gérard Larcher :

Dans les propos de Martine Aubry je sens un peu de naphtaline. Je sens une conception d'il y a quinze ans, d'il y a 20 ans avec le retour sur le devant de la scène de ce dont on sait qu'il ne marche pas.

Martine Aubry, qui avait porté la mesure lorsqu'elle était ministre du Travail de Lionel Jospin, est souvent caricaturée par la droite en "dame des 35h", une mesure jugée passéiste par plusieurs représentants, comme Jean-François Copé. Gérard Larcher, lui, cible plus particulièrement la loi Logement de Cécile Duflot, que Martine Aubry souhaite voir appliquée à Lille :

Je pense par exemple à ce qu'elle dit sur la loi logement de Mme. Duflot. Il n'est qu'à se reporter sur ce qui se passe dans la rue, de la part des entreprises du bâtiment et travaux publics cette semaine. On sait que l'objectif de 500.000 logements, qui est inscrit dans la volonté du président de la République, ne sera pas atteint. Et qu'on en fera moins 250.000 !

Conclusion du sénateur (avec en prime un lapsus qui permet de renvoyer l'ensemble de la gauche dos à dos):

Et voilà l'exemple du résultat de la politique de Mme Hollande... C'était une confusion volontaire, Mme Aubry, appelle de ses voeux.

"Martine Aubry indique les recettes du passé, celles qui n'ont pas marché", conclut Gérard Larcher, qui s'est en revanche dit prêt à inciter ses colègues UMP à "des convergences" avec certaines mesures... du ministre de l'Economie Emmanuel Macron :

 

Du rab sur le Lab

PlusPlus