Nicolas Sarkozy et le "mariage Zemmour" : quand le gouvernement commente la campagne pour la présidence de l’UMP

Publié à 07h55, le 18 novembre 2014 , Modifié à 08h33, le 18 novembre 2014

Nicolas Sarkozy et le "mariage Zemmour" : quand le gouvernement commente la campagne pour la présidence de l’UMP
Manuel Valls et Pascale Boistard. © Fred HASLIN/Le Courrier picard/Maxppp.

Le retour dans l’arène de Nicolas Sarkozy n’est pas forcément une mauvaise nouvelle pour la majorité gouvernementale. Il a le mérite de ressouder une gauche divisée. Alors, le gouvernement n’hésite pas à commenter la campagne interne pour la présidence de l’UMP. Et notamment l’évolution de la position de l’ancien président sur le mariage homosexuel et la loi Taubira.

Sur Twitter, la secrétaire d’Etat chargée des Droits des femmes, Pascale Boistard, a accusé, lundi 17 novembre, Nicolas Sarkozy d’être "plutôt mariage Zemmour" que "mariage d’amour" :

Le même jour, c’est Manuel Valls himself qui avait livré sa petite pique à l’encontre de Nicolas Sarkozy, reprenant un argument de ses adversaires internes à l’UMP comme Franck Riester, soutien de Bruno Le Maire. A savoir que Nicolas Sarkozy avait "cédé à une foule".

"Il ne sert à rien de rouvrir des débats qui sont derrière nous", a ainsi jugé le Premier ministre qui a reproché à Nicolas Sarkozy d’avoir "cédé à une foule" en évoquant désormais le terme d’abrogation.

"

Quand on est un homme d'Etat, quand on veut incarner la France, qui plus est quand on a été président de la République, on ne cède pas à une foule. On ne cède pas à une minorité. On tient bon, on est cohérent avec ce qu'on a dit par le passé.

"

Comme le montrait le Lab, la nouvelle proposition de Nicolas Sarkozy sur la création d’un mariage pour les homosexuels s’oppose aux arguments du même Nicolas Sarkozy de 2012.

Du rab sur le Lab

PlusPlus