Nicolas Sarkozy visé par une enquête pour trafic d'influence: Michèle Alliot-Marie "s'en fout"

Publié à 13h57, le 09 mars 2014 , Modifié à 15h38, le 09 mars 2014

Nicolas Sarkozy visé par une enquête pour trafic d'influence: Michèle Alliot-Marie "s'en fout"
Michèle Alliot-Marie, invitée du Supplément politique de Canal Plus. (Capture d'écran Le Lab)

VRAIS PROBLÈMES - Responsables politiques, on vous pose une question à laquelle vous n'avez pas envie de répondre ? Faites comme Michèle Alliot-Marie, appelez les Français à la rescousse. Invitée du Supplément politique de Canal Plus, l'ancienne ministre de la Défense et de la Justice était interrogée sur le climat d'affaires qui empoisonne l'UMP.

Jean-François Copé, président du parti, accusé d'avoir favorisé des proches dans l'attribution de contrats par son parti. Nicolas Sarkozy, enregistré à son insu par son conseiller Patrick Buisson. Et le même ancien président, à nouveau écouté mais cette fois par la justice dans le cadre de soupçons de trafic d'influence.

Bref, une semaine compliquée pour la droite, sur laquelle l'ancienne Garde des Sceaux est amenée à se prononcer. Alors pour éviter tout dérapage en terrain glissant, la réponse de "MAM" est un classique du genre : "Ca n'intéresse pas les Français" :

Ceci intéresse sans doute Le Monde, journal pas tout à fait à droite comme vous le savez. Cela peut intéresser des journalistes, mais je peux vous dire une chose, je vois des Français, ils ne me parlent pas de ce genre de choses. Ils vont me parler de leur fils, ou de leur mari qui sont au chômage.

Jean-François Copé, président de l'UMP, est friand de l'argument. Il l'a d'ailleurs employé au cours de la semaine, à propos de l'affaire des enregistrements de Patrick Buisson.

 

Mais la situation est un peu différente dans le cas de l'enquête pour trafic d'influence. La justice plancherait, selon Le Monde, sur des soupçons quant à la volonté de l'ancien président de la République d'influencer un magistrat,  premier avocat général à la Cour de cassation, en échange d'une opportunité de carrière. Bref, une enquête qui pose la question de l'indépendance de la justice en France... Et qui serait susceptible d'intéresser une ancienne Garde des Sceaux. C'est en tout cas de cette façon que la présentatrice de l'émission relance Michèle Alliot-Marie : "Vous êtes une ancienne ministre de la justice et vous estimez que la justice et son indépendance ça n'intéresse personne ?" Non, persiste "MAM" :

Ce qui intéresse d'abord les Français c'est ce qu'ils subissent tous les jours, une grande désillusion par rapport à ce qu'on leur avait promis, les difficultés de la vie quotidienne...

Un peu plus tard, c'est au tour de Nicolas Demorand de relancer Michèle Alliot-Marie, lui reprochant de faire de la langue de bois. Un peu agacé, MAM rétorque que, pour sa part, les affaires à droite, elle "s'en fout" :

Je ne veux pas vous contrarier, je m'en fous, je pense que ce n'est pas ça la politique, ce n'est pas ce qui m'intéresse c'est comment faire en sorte que ça devienne mieux pour les enfants.

Et vous, vous vous en "foutez" ?

Du rab sur le Lab

PlusPlus