Pour Cécile Duflot, "Manuel Valls propose une synthèse libérale autoritaire"

Publié à 11h23, le 31 octobre 2014 , Modifié à 12h00, le 31 octobre 2014

Pour Cécile Duflot, "Manuel Valls propose une synthèse libérale autoritaire"
Cécile Duflot en août 2014. © Maxppp.

Le drame de Sivens a été, pour les écologistes en général, et pour Cécile Duflot en particulier, la goutte d’eau qui a fait déborder le vase d’une majorité dispersée. "Une tache indélébile sur l’action du gouvernement", dixit l’ancienne ministre du Logement qui a quitté le gouvernement à la nomination de Manuel Valls à Matignon. Depuis, elle ne cesse de critiquer la ligne gouvernementale, jusque dans un livre sur son expérience ministérielle.

Une nomination qui signe, d’après elle, la rupture avec les engagements de campagne du candidat Hollande en 2012. "Le gouvernement nous a quittés", lâche-t-elle, ce vendredi 31 octobre, au Monde.

Pour l’ancienne patronne des Verts, députée EELV de Paris, la "synthèse" proposée par Manuel Valls s’éloigne de la modernité. Une sortie à mettre en parallèle, une semaine plus tard, avec les déclarations du Premier ministre, dans l'Obs, contre "la gauche passéiste".

Elle déclare ainsi au quotidien du soir :

"

Manuel Valls propose une synthèse libérale autoritaire alors que la modernité est démocratique et écologiste. Plus profondément, c’est la question de la façon de faire qui est posée à la politique.

"

Pourtant, Manuel Valls nie être un homme de synthèse, la refuse et assume ses coups de mentons qui crispent jusque dans les rangs de son camp. "La bataille des idées, je l’ai gagnée (au sein du PS, ndlr)", dit-il.

Cécile Duflot, qui s’était opposée à celui qui était alors ministre de l’Intérieur sur les roms, fustige ainsi l’autoritarisme du Premier ministre de François Hollande, l’accusant de toujours jouer au fort contre les faibles.

"

Cette soi-disant autorité étant d’ailleurs toujours affirmée contre les plus faibles : les Roms ou des pacifistes. Le pays a besoin de réconciliation, de concorde, de dialogue et d’écoute.

"

"Il n’y a pas besoin de confrontation, ni d’agitation médiatique pour faire avancer mieux les choses", poursuit-elle avant de livrer un constat cinglant, en forme de mise en garde contre le gouvernement, prenant l’argument de la situation autour du barrage de Sivens :

"

Mais surtout, personne n’est obligé de persister dans l’erreur. Ça vaut pour le barrage, ça vaut aussi pour la politique du gouvernement.

"

Une sortie que ne renieraient pas certains frondeurs du PS, mais pas seulement. Même dans les rangs des socialistes plus légitimistes à l’Assemblée, certains commencent à douter de Manuel Valls, dont le crédit semble s’atténuer petit à petit. "Ça ne sert à rien de mettre le feu en poudre en permanence. La modernité, c’est d’abord de présenter les réformes devant son parti", peste ainsi un pilier du groupe socialiste à l'Assemblée.

Pilier du groupe socialiste

A LIRE AUSSI SUR LE LAB :

>> Roms : Duflot estime que Valls va "au-delà de ce qui met en danger le pacte républicain"

>> Cécile Duflot à propos de Manuel Valls : "le mec de gauche qui tient des discours de droite, c'est un peu l'écolo qui défend le nucléaire !"  

>> Sivens : Manuel Valls répond à Cécile Duflot et condamne "les déclarations à l'emporte-pièce" 

Du rab sur le Lab

PlusPlus