Quand Jean-François Copé théorisait le coup du directeur de cabinet, sujet le plus lu de la semaine

Publié à 16h59, le 31 mai 2014 , Modifié à 17h06, le 31 mai 2014

Quand Jean-François Copé théorisait le coup du directeur de cabinet, sujet le plus lu de la semaine
Jean-François Copé. © MaxPPP.

BEST OF HEBDO – Les archives sont cruelles. Alors qu’il a dû démissionner de la présidence de l’UMP après les aveux de son directeur de cabinet, Jérôme Lavrilleux, Jean-François Copé s’en prenait, en mars dernier, à Christiane Taubira et théorisait le "coup du directeur de cabinet". C’est le sujet le plus lu cette semaine sur le Lab.

Parmi les sujets qui ont attiré particulièrement votre attention, on retrouve le lycéen qui a lancé sur Facebook une mobilisation anti-FN, le sénateur Gérard Longuet qui s’estime "mal payé" ou encore la menace juridique qui pèse sur le triumvirat de l’UMP.

>> Lundi 26 mai : Un lycéen marseillais veut lancer sur Facebook la mobilisation contre le Front national

Au lendemain des élections européennes qui ont vu le FN arriver largement en tête, des milliers de personnes se sont coordonnés, via Facebook, pour manifester partout en France contre le Front National, jeudi 29 mai, au matin. Un événement mis en place dès dimanche soir, par Lucas Rochette-Berlon, un lycéen de 17 ans en terminale S au lycée l'Olivier-Robert Coffy, à Marseille.

[A LIRE ICI

>> Mardi 27 mai : Une fonctionnaire du ministère de la Justice invite ses collègues ayant voté FN à ne plus lui dire bonjour 

Parmi les réactions au score du Front national, dimanche 25 mai, aux européennes, il y a celle de Sihem Souid. Fonctionnaire au ministère de la Justice, elle a publié lundi 26 mai un message manuscrit qu'elle a scotché sur la porte de son bureau et sur lequel est écrit :

Je demande respectueusement aux collègues qui ont mis dans l’urne un bulletin Front national hier de ne plus me faire la bise et encore mieux, ne me dites pas bonjour. Merci de votre compréhension.

[A LIRE ICI

>> Mercredi 28 mai : Quand Copé théorisait le coup du dircab’ 

Les archives sont cruelles. Jean-François Copé assure ne jamais avoir été mis au courant des surfacturations et des bidouillages de factures par son directeur de cabinet Jérôme Lavrilleux ? Il le jure mordicus, alors que Jérôme Lavrilleux a lui-même assuré n'avoir jamais informé son patron de sa combine. Une situation similaire s'est produite à gauche il y a deux mois, et Jean-François Copé n'en croyait pas un traître mot.

C'était le 18 mars. Alors que Christiane Taubira est empêtrée dans les affaires des écoutes, le Nouvel Obs annonce que le cabinet de la ministre savait, mais pas Christiane Taubira elle-même. "Que nenni", semble répondre Jean-François Copé, qui juge que dans une situation pareille, une directrice de cabinet informe forcément sa patronne. Celui qui est à l'époque toujours président de l'UMP donne même un nom à ce type d'argument: le coup du directeur de cabinet.

[A LIRE ICI

>> Jeudi 29 mai : Gérard Longuet, sénateur UMP : "Je considère qu’on est mal payé" 

Gérard Longuet nous a fait une Henri Guaino. Le sénateur UMP estime que l'enveloppe allouée aux parlementaires, l'IRFM, n'est pas assez fournie. Interrogé par PublicSénat.fr dans le cadre des révélations du Canard enchaîné sur de possibles détournements d'argent public par un groupe de sénateurs, l'ancien ministre de la Défense confirme avoir reçu un chèque, une fois, de l'association soupçonnée par la justice. Mais Gérard Longuet, loin de s'étonner de cette "redistribution" d'argent, en défend le principe. Une nécessité selon lui.

[A LIRE ICI

>> Vendredi 30 mai : La menace juridique qui plane sur le triumvirat formé par Juppé, Raffarin et Fillon 

L'installation du triumvirat Fillon-Raffarin-Juppé à la tête de l'UMP, mardi 27 mai, n'a pas franchement respecté la "loi interne" du parti, et certains cadres de l'UMP s'apprêtent, selon les informations du Lab, à pousser un sérieux coup de gueule contre le non-respect des statuts du parti, votés il y a tout juste un an. Une explication qui pourrait intervenir mardi 3 juin, lors du prochain bureau politique du parti.

[A LIRE ICI]

Du rab sur le Lab

PlusPlus