Alain Juppé veut que l'Europe aide la Grèce à organiser "sans drame" sa sortie de l'euro

Publié à 08h55, le 06 juillet 2015 , Modifié à 10h14, le 06 juillet 2015

Alain Juppé veut que l'Europe aide la Grèce à organiser "sans drame" sa sortie de l'euro
Alain Juppé © STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

TRAGÉDIE – Alain Juppé regrette *un peu* le choix du peuple grec, le OXI choisi à une large majorité dimanche 5 juillet concernant le plan de sauvetage soumis par la zone euro. Il le regrette mais en démocrate de chez Les Républicains, il l'accepte.

Pour autant, celui qui considère qu'il n'est pas trop à gauche veut déjà penser à l'après. Ce lundi 6 juillet, sur son blog, l'ancien Premier ministre dessine les pistes de l'avenir grec. Et formule une idée simple : la Grèce doit quitter la zone euro et l'Europe doit l'y aider. Il écrit :

La Grèce n’est plus en mesure aujourd’hui d’assumer les disciplines de la zone euro. Chercher à l’y maintenir à tout prix, par des arrangements de circonstance, fragiliserait l’ensemble du système. Nous devons l’aider à organiser sa sortie, sans drame.

 

Sans drame, donc. Ce qui veut aussi dire que la Grèce peut bien évidemment rester dans l'Union européenne, "si elle le souhaite", ajoute Alain Juppé, "garder sa place comme les autres Etats membres qui n’ont pas intégré la zone euro".

Sans drame, certes. Sans drame pour la Grèce, cela s'entend. Mais aussi sans drame pour l'Europe, et donc la France. "On ne peut faire fonctionner une monnaie unique sans un véritable gouvernement  économique, capable de prendre des décisions rapides et d’organiser la convergence des économies de la zone", estime le candidat à la primaire de la droite pour 2017. Il ajoute :

 

Nous ne pouvons continuer à laisser notre dette se rapprocher des 100% de notre PIB , faute de maîtriser nos déficits . La moindre hausse des taux d’intérêt nous conduirait à la catastrophe budgétaire. Une autre politique économique s’impose. J’y reviendrai.

Il y reviendra. Sur son blog, comme toujours

 

 

 

À LIRE AUSSI SUR EUROPE1.fr

>> Référendum : les Grecs adressent un "non" massif à l'austérité

 

À LIRE AUSSI SUR LE LAB : 

>> Après la victoire du non au référendum en Grèce, François Hollande communique sur la crise plutôt que sur le résultat

>> Cécile Duflot salue "la classe" de Yanis Varoufakis, ministre grec des Finances qui a décidé de démissionner

>> Des référendums européens pour accorder démocraties nationales et démocratie européenne

Du rab sur le Lab

PlusPlus