Critiques de Duflot sur Valls : Delphine Batho estime qu'elle a été éjectée du gouvernement pour moins que ça

Publié à 09h10, le 30 septembre 2013 , Modifié à 09h22, le 30 septembre 2013

Critiques de Duflot sur Valls : Delphine Batho estime qu'elle a été éjectée du gouvernement pour moins que ça

Elle le dit elle-même : "il ne faut pas compter sur moi pour baisser la tête." Invitée de LCI et Radio Classique ce 30 septembre, Delphine Batho, ancienne ministre de l'Ecologie débarquée début juillet après avoir remis en cause le budget, regarde avec un certain amusement l'opposition entre Cécile Duflot et Manuel Valls après les propos de ce dernier sur les Roms.

A ses yeux, la ministre EELV du Logement va contre la solidarité gouvernementale en estimant que Manuel Valls va "au-delà de ce qui met en danger le pacte républicain". Elle sous-entend avoir été elle-même "mise à la porte" du gouvernement pour moins que ça :

"

Il y a une forme de polémique qui pose question au sein du gouvernement. Soit il y a une règle qui est applicable à tout le monde, soit il y a eu une exception me concernant et il faut expliquer pourquoi.

Moi j’ai été mise à la porte du gouvernement pour avoir soulevé un problème de fond sur le budget du ministère de l’écologie, donc ça pose question ce qui est en train de se passer.

Je reçois des dizaines de messages ces jours-ci qui me le disent, qui se demandent en quoi poser le problème du ministère de l’Ecologie c’est plus franchir la ligne rouge (...) que de dire qu’un ministre est anti-républicain.

"

Et en profite pour taper sur les doigts de François Hollande et Jean-Marc Ayrault :

"

La démonstration est faite que, s’il s’agissait de me mettre à la porte pour affirmer une autorité, elle n’a pas été démontrée à des étapes ultérieures.

"

Sur le fond du propos, Delphine Batho dit ne pas être en accord avec les termes employés par Manuel Valls mais soutenir sa politique :

"

J’approuve l’action de Manuel Valls sur ce sujet même si j’ai un désaccord avec le propos qu’il a tenu car aucun destin n’est écrit d’avance.

"

Elle estime surtout que le ministre de l'Intérieur sert de prétexte aux écolos et à l'aile gauche du PS pour s'affirmer :

"

Cette polémique semble assez artificielle.

On a l’impression que Manuel Valls est le bouc émissaire des problèmes politiques des uns et des autres.

Des Verts qui traversent une crise d’appareil majeure, de la gauche du PS qui prend la parole là, alors qu’elle est silencieuse sur bien d’autres sujets …

"

Delphine Batho fait ici référence aux écologistes, vent debout contre Manuel Valls, mais aussi aux propos de Benoît Hamon qui, durant l'université d'été de son courant Un monde d'avance, a également fait passer quelques messages à son collègue sans le citer. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus