Pascal Canfin : "les désaccords avec Manuel Valls sont connus"

Publié à 17h23, le 29 septembre 2013 , Modifié à 17h34, le 29 septembre 2013

Pascal Canfin : "les désaccords avec Manuel Valls sont connus"

EPISODE 356 - Non, les Verts ne sont pas en accord avec Manuel Valls sur les Roms. Et les ministres écolos non plus. Après la sortie de Cécile Duflot en réponse au ministre de l'Intérieur, c'est Pascal Canfin, autre membre de EELV au gouvernement, qui l'explique dans Internationales, sur TV5 Monde

Le ministre délégué au Développement a répété la divergence des écolos sur ce sujet : 

"

Manuel Valls a fait réagir plusieurs ministres, dont Cécile Duflot, dont moi-même. Manuel Valls a parlé du regroupement familial cet été (...) les désaccords sur ce point, à la fin du séminaire, c'était le cas aussi sur les Roms. Les désaccords avec Manuel Valls sont connus. Ils sont sur la place publique, donc je ne vais pas en rajouter

"

"Si vous voulez que j'ajoute un désaccord "profond", oui, je l'ajoute", a-t-il précisé. Et il n'est pas prêt de changer d'avis : 

"

Mais on ne reviendra pas sur notre vision, c'est ça le coeur de nos valeurs.

"

Les écologistes doivent-ils quitter le gouvernement dans ce cas ? Sûrement pas, défend Pascal Canfin qui estime qu'ils sont utiles à la majorité, filant la métaphore sportive : 

"

Nous nous pensons que nous sommes utiles. Notre valeur ajoutée c'est que nous voulons être sur le terrain, pour marquer des buts, gagner des victoires.

"

Voir l'extrait de TV5 Monde :

Ce dimanche 29 septembre, une quinzaine de parlementaires sont venus ajouter un nouveau chapitre à ce feuilleton qui divise la majorité depuis que Manuel Valls a considéré que les Roms avait en majorité "vocation à rentrer dans leur pays" et étaient difficilement intégrables. 

Ils ont publié une tribune dans le Journal du Dimanche pour soutenir le ministre de l'Intérieur. 

Ce dernier a déjà été critiqué dans la semaine par plusieurs de ses collègues ministres. Cécile Duflot a accusé Manuel Valls d'être allé "au-delà de ce qui met en danger le pacte républicain" et Benoît Hamon l'a attaqué implicitement, considérant que la gauche devait éviter les "leçons en réalisme" sur les Roms et qu'elle ne peut renoncer à "intégrer progressivement une population."

Du rab sur le Lab

PlusPlus