Jean-Frédéric Poisson lui aussi candidat à la primaire de la droite et du centre

Publié à 18h59, le 14 septembre 2015 , Modifié à 21h14, le 14 septembre 2015

Jean-Frédéric Poisson lui aussi candidat à la primaire de la droite et du centre
Jean-Frédéric Poisson © JOEL SAGET / AFP

UN DE PLUS - Ils seront bientôt assez pour former une équipe de foot. La liste des candidats à la primaire à droite pour 2017 est en effet de plus en plus impressionnante. Dernier en date à se lancer : le député LR Jean-Frédéric Poisson.

C'est par le biais de Valeurs Actuelles que l'élu des Yvelines annonce sa candidature, lundi 14 septembre :

 

Je suis candidat à la primaire. [...] J’ai écouté les Français depuis des mois. Tout a changé depuis 2012, tout ! [...] La reconduction des mêmes discours émanant des mêmes personnes produit les mêmes impasses ! Les Français attendent autre chose.

Celui qui est essentiellement connu du grand public pour son opposition au mariage gay est également président du Parti chrétien-démocrate de Christine Boutin. Et c'est à ce titre qu'il entre dans la compétition, ce qui le libère de l'obligation d'obtenir les parrainages d'élus LR, dont 20 parlementaires :

 

Je me présente comme représentant du PCD. [...] Certains auront du mal à réunir les parrainages de parlementaires nécessaires. Pour ma part je n’y suis pas tenu puisque je concours sous une autre bannière.

De fait, les partis qui souhaitent participer au processus définissent eux-mêmes les conditions que doivent remplir les prétendants pour se présenter. Ensuite, le bureau politique du parti de Nicolas Sarkozy devra approuver ou non la participation de ces candidats venus d'ailleurs. Ce qui ne devrait pas être trop compliqué en ce qui concerne Jean-Frédéric Poisson. Thierry Solère, député LR proche de Bruno Le Maire et en charge du comité d'organisation de la primaire, explique :

 

Nous avons voulu cette primaire ouverte aux partis se reconnaissant dans les valeurs de la droite et du centre et se situant dans l'opposition à François Hollande. Il fait peu de doutes que le PCD appartient à cette catégorie.

En revanche, la double casquette de Jean-Frédéric Poisson pourrait provoquer un autre type de problème. En tant qu'élu LR, il appartient au parti et pourrait théoriquement être soumis à la condition des parrainages. Mais il a une solution toute prête : il est prêt à rendre sa carte si les instances voulaient l'y contraindre. Il affirme à Valeurs Actuelles :

 

Si toutefois la haute autorité devait m’imposer de quitter Les Républicains je n’hésiterai pas.

Tout est donc calculé. Cette candidature risque en tous cas de se révéler ennuyeuse pour un autre candidat potentiel : Hervé Mariton, qui ne s'interdit pas de se présenter, occupe en effet le même créneau idéologique. Et malgré ses 6% lors de l'élection à la présidence de l'UMP, réunir les parrainages pourrait s'avérer compliqué pour lui qui, contrairement à Jean-Frédéric Poisson, ne pourra pas se substituer à cette règle.

À l'heure actuelle, il y a donc potentiellement 10 candidats à cette compétition interne à droite. Outre Jean-Frédéric Poisson, Nadine Morano, Alain Juppé, François Fillon et Xavier Bertrand ont déjà officialisé la chose ; il y a aussi ceux dont la candidature ne fait aucun doute (ou presque), mais dont on attend encore une déclaration définitive : Nicolas Sarkozy, Bruno Le Maire et Nathalie Kosciusko-Morizet ; enfin, ils sont deux à avoir laissé entendre qu'ils pourraient se présenter : Hervé Mariton et Christian Estrosi (si Nicolas Sarkozy n'est pas candidat). 

[BONUS TRACK] Annonce bis

Une candidature que Jean-Frédéric Poisson avait déjà *annoncée* en novembre 2014, alors que l'organisation de la primaire n'était pas encore assurée. Qu'importe : à l'époque, il expliquait à l'Écho Républicain :

 

Bien évidemment, j'ai pris la décision de m'engager dans cette primaire après avoir consulté et reçu le soutien du bureau du PCD. [Mon objectif est] de porter un projet politique exigeant, clair et juste. Le PCD a des éléments à apporter dans le débat public, comme le respect de la dignité de la personne, une vision conservatrice et ouverte de la société, sociale de la répartition des richesses, ou encore la défense des racines de la France et de la liberté des citoyens.

Il ajoutait :

La primaire, c'est comme les salsifis. Je n'aime pas ça mais quand il y a que ça, je m'en contente.

 



À LIRE SUR LE LAB :

Oups, le maire de Londres annonce la candidature de NKM à l'élection présidentielle

C'est officiel : Nadine Morano est candidate à la primaire de droite pour 2017

Rachida Dati se moque du nombre de candidats à la primaire de la droite : " Ma fille aussi. Tout le monde"

Du rab sur le Lab

PlusPlus