Jean-Louis Borloo n'aime pas sa marionnette des Guignols

Publié à 19h01, le 02 janvier 2013 , Modifié à 19h56, le 02 janvier 2013

Jean-Louis Borloo n'aime pas sa marionnette des Guignols
Montage Le Lab (Reuters/Capture d'écran Youtube)

VIEILLES FICELLES - Jean-Louis Borloo a du mal à supporter sa marionnette des Guignols. C'est ce qu'il explique au mensuel régional Nordway dans une interview de 6 pages parue dans le numéro de janvier. Le président de l'UDI, également député-maire de Valenciennes, explique ne "pas bien" vivre sa marionnette :

"

La caricature est plus forte que la réalité. Et puis c'est le rôle du caricaturiste et la liberté d'expression...

Mais franchement, je ne pense pas que ce soit avec moi qu'ils augmentent leur audience, parce que ce n'est même pas drôle...
C'est juste le bonheur de me brocarder...

"

Il est revenu sur la genèse de cette marionnette mal coiffée, un peu sale et qui passe son temps à boire :

"

Ca a commencé il y a des années, quand ils m'ont représenté comme une espèce d'inspecteur Columbo qui s'occupait des pauvres. Alors j'avais l'imper froissé, j'allais faire des maraudes.

Puis un jour, comme il y avait une grande poche dans l'imper, ils m'ont mis une bouteille de vin... Je continuais à faire des maraudes mais j'étais devenu le type sale et qui picole.

"

L'ancien ministre de l'Environnement, un temps candidat putatif à l'élection présidentielle de 2012, estime que cette caricature lui fait du tort, en dépit du caractère sympathique de la marionnette :

"

Sympathique, c'est bien. Mais ça fait de vous quelqu'un qui n'est ni stable ni responsable.

Et ça, pour un homme politique, on ne peut pas dire que ce soit très positif.

"

Jean-Louis Borloo n'est pas le seul homme politique à entretenir une relation conflictuelle avec sa marionnette. Avant lui, Nadine Morano avait déjà exprimé publiquement tout le mal qu'elle pensait de l'émission satyrique, et en particulier de sa propre caricature.

Plus récemment, Cécile Duflot expliquait qu'elle "essaierai de trouver drôle" sa marionnette, qui la dépeint en adolescente rebelle et énervante.

Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, fait partie des petits nouveaux de l'émission. Il fera son entrée dans l'émission en janvier. On saura alors peut-être ce que lui pense de sa caricature...

Du rab sur le Lab

PlusPlus