Jean-Marc Ayrault à ses ministres : sur les Roms, "j'appelle tout le monde au sang-froid"

Publié à 16h28, le 01 octobre 2013 , Modifié à 16h36, le 01 octobre 2013

Jean-Marc Ayrault à ses ministres : sur les Roms, "j'appelle tout le monde au sang-froid"
(France Télévisions)

Le Premier ministre se pose en arbitre. Interrogé sur les Roms lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, Jean-Marc Ayrault a pris la parole pour répondre au député UMP Julien Aubert, privant ainsi Manuel Valls d'une réponse et essayant de s'élever au dessus de la melée. 

Avec une idée principale, destinée à Cécile Duflot et Manuel Valls : 

"

J’appelle tout le monde au sang froid. Le sang froid c'est la dignité de la fonction qu'on exerce, mais c'est aussi le respect des citoyennes et des citoyens. 

"

Sans les citer, le message est passé chez les ministres qui depuis une semaine s'agitent autour de cette question. Et Jean-Marc Ayrault leur demande de ne pas jouer avec ces questions sensibles :

"

Il n'y a pas de raisons d'exacerber toutes ces questions difficiles. Le devoir des hommes d'Etat c'est d'avancer concrètement les solutions, de faire progresser, de ne pas mettre les uns contre les autres, de régler les problèmes.

"

<img src="http://i.imgur.com/NuV646x.jpg" alt="" width="500" />

Les propos de Manuel Valls, mardi 24 septembre, expliquant que les Roms avaient "vocation à retourner dans leur pays" et niant la volonté d'intégration d'une majorité d'entre eux ont mis le feu aux poudres au sein de la majorité. Cécile Duflot avait notamment réponduà son collègue qu'il était allé "au-delà de ce qui met en danger le pacte républicain".

Malgré le soutien en off de François Hollande, Manuel Valls a également eu droit à un message explicite de Benoit Hamon, ministre délégué à l'Economie sociale et solidaire, contre lui. 

Cette fois, Jean-Marc Ayrault a voulu clarifier la situation et siffler la fin de la récréation. Sur le fond, le Premier ministre est revenu sur la question de l'intégration de ces populations, fixant une condition : 

"

L’intégration est possible lorsqu’on respecte les lois de la République.

"

Une tentative pour en finir avec ces débats qui reprend l'exacte ligne présentée mercredi 25 octobre en conseil des ministres et dictée par François Hollande : fermeté et humanisme. 

D'un côté, Jean-Marc Ayrault parle de la politique sociale ... 

"

Notre approche est une approche d’accompagnement des familles, des enfants dont beaucoup dans une grande précarité, de faire en sorte que les conditions d’hygiène, de sécurité, de santé, d’éducation soient respectées, en collaboration avec les maires, dont beaucoup font un travail extraordinaire que je tiens à saluer ici. 

"

... de l'autre, du travail de la police :

"

Je n’ignore pas qu’il y a parfois des réseaux mafieux qui exploitent la misère humaine, qui organise la venue, les aller-retours entre la Roumanie et la France. Eh bien nous combattons de la façon la plus résolue cette exploitation des êtres humains. Nous combattons les réseaux. Et nous le faisons même avec la coopération de la police bulgare et de la police roumaine. 

"

Du rab sur le Lab

PlusPlus