Jérôme Cahuzac, candidat à sa propre succession à l'Assemblée nationale ?

Publié à 10h06, le 05 mai 2013 , Modifié à 10h11, le 05 mai 2013

Jérôme Cahuzac, candidat à sa propre succession à l'Assemblée nationale ?
Jérôme Cahuzac en septembre 2012. (Christophe Petit-Tesson)

BACK ? - Intox d'un proche anonyme, coup de sonde ou véritable information ? Dans un indiscret du Journal du Dimanche, "un proche" affirme que Jérôme Cahuzac envisagerait de se présenter comme candidat libre à l'élection législative partielle qu'il a provoqué en démissionnant de son mandat.

L'ancien ministre du Budget qui a avoué début avril détenir un compte en Suisse après l'avoir nié "en bloc et en détail", avait démissionné de son mandat de député. Il avait fait l'objet d'une investigation de Mediapart et avait notamment menti devant la représentation nationale.

Mis en examen le soir de ses aveux, Jérôme Cahuzac avait alors laissé - sciemment ou non - planer le doute sur un éventuel retour au Parlement, permis par la réforme constitutionnelle mise en place par Nicolas Sarkozy en 2008.

L'ex-ministre du Budget avait été durement critiqué par son propre camp, et nombreux ont été parlementaires et ministres socialistes à souhaiter, en termes plus ou moins diplomatiques, qu'il ne revienne pas à l'Assemblée nationale.

Puis, dans une interview accordée à BFM TV le 16 avril, Jérôme Cahuzac avait mis fin au vrai-faux suspense concernant ce retour à l'Assemblée nationale, par cette phrase :

En conscience, j'estime que la gravité de cette faute ne me permet pas de rester parlementaire.

Mais le proche cité par le JDD affirme de son côté que Jérôme Cahuzac aimerait de nouveau affronter les urnes dans son fief de Villeneuve-sur-Lot, dans le Lot-et-Garonne :

Jérôme a du mal à renoncer à ce mandat à Villeneuve où il n'a pas remis les pieds depuis la révélation de son compte à l'étranger.

Il veut que ses anciens électeurs aient le dernier mot.

Discret depuis sa démission, Jérôme Cahuzac aurait encore un peu de temps avant de devoir présenter sa candidature à l'élection anticipée, qui doit avoir lieu les 16 et 23 juin.

Impossible en revanche de savoir dans quel mesure ce "proche" l'est, ni dans quelle mesure la parole qu'il porte est celle - ou non -, de Jérôme Cahuzac.

Du rab sur le Lab

PlusPlus