La députée PS Cécile Untermaier "écœurée" par "l’incompétence" de ses collègues LREM

Publié à 08h51, le 28 juillet 2017 , Modifié à 09h41, le 28 juillet 2017

La députée PS Cécile Untermaier "écœurée" par "l’incompétence" de ses collègues LREM
La députée socialiste Cécile Untermaier. © PATRICK KOVARIK / AFP

Le procès en amateurisme des députés La République en marche ne s’atténue pas avec le temps, plus d’un mois après leur élection. Bien au contraire. Alors que les premiers jours de débat sur le projet de loi pour la confiance dans la vie publique ont été marqués par du grand n’importe quoi, plusieurs élus de l’opposition ont laissé éclater leur colère.

Dans la nuit du jeudi 27 au vendredi 28 juillet, après la levée de la séance, Cécile Untermaier apparaît salle des Quatre-Colonnes à l’Assemblée, "au bord des larmes", selon Le Monde. La députée socialiste se dit "écœurée" par "l’excès de rigidité" et "l’incompétence" de ses collègues LREM. Désespérée, elle lance :

"

C’est catastrophique, j’ai l’impression qu’on abîme l’Assemblée nationale.

"

"Ce qu’il se passe est en réalité très affligeant et même catastrophique", abonde Delphine Batho sur franceinfo vendredi matin. Elle s'emporte :

 

"

On est dans un débat sur la moralisation de la vie publique, sur la confiance dans la démocratie. Et il y a des dysfonctionnements répétés du Parlement depuis le début de la semaine, et encore cette nuit, qui sont inacceptables parce que la majorité n’est pas dirigée. Le problème qui est posé n’est pas de pointer du doigt des jeunes collègues, c’est-à-dire des nouveaux députés qui n’ont pas forcément une longue expérience. C’est pas à eux qu’il faut faire porter le chapeau. Les chefs, ils sont où ?

"

"En quinze ans je n’ai jamais vu ça", ajoute le Constructif Yves Jégo jeudi soir. Se réappropriant les reproches de Christian Jacob, il se demande :

"

La question c’est où est le ministre des relations avec le Parlement ? Où est François de Rugy ? Où est le président du groupe majoritaire Richard Ferrand ?

"

"Laisser aussi vite la place à des vice-présidentes inexpérimentées était une erreur", juge la Constructive Sophie Auconie dans Le Parisien. Mardi, le président de l’Assemblée François de Rugy était venu à la rescousse pour remplacer au perchoir Carole Bureau-Bonnard, qui s’était "laissé un peu déborder". Lundi, c’était Danielle Brulebois, autre vice-présidente LREM, qui avait subi plusieurs rappels au règlement.

À l’Assemblée, les critiques fusent sur le silence en commission des députés néophytes et leur côté "godillot". "Vous étiez le nouveau monde mais vous êtes vraiment pire que l'ancien", leur a lancé Olivier Faure  mercredi après s’être fait couper la parole. Jeudi soir, la majorité LREM a voté contre un article pourtant validé en commission, provoquant l’agacement du vice-président Sacha Houlié.

François de Rugy et le ministre des Relations avec le Parlement Christophe Castaner ont quant à eux largement minimisé ces incidents, parlant de "bizutage" et renvoyant la responsabilité de la pagaille aux "vieux briscards un peu misogynes".

[EDIT 9h41] ajout des propos de Delphine Batho.

Du rab sur le Lab

PlusPlus