Les annonces de François Hollande, la traduction des ministres

Publié à 09h37, le 03 janvier 2014 , Modifié à 09h41, le 03 janvier 2014

Les annonces de François Hollande, la traduction des ministres
Cécile Duflot (Maxppp).

C'est la rentrée pour le gouvernement. Alors que l'exécutif va se retrouver pour le premier Conseil de ministre de 2014, après un traditionnel petit-déjeuner place Beauvau. cinq ministres étaient présents dans les matinales des télé et radios ce vendredi 3 janvier : Manuel Valls, Cécile Duflot, Dominique Bertinotti, Frédéric Cuvillier et Geneviève Fioraso.

Un tir groupé qui permet de saisir la lecture que font les ministres du message délivré par François Hollande le 31 décembre, notamment avec ses annonces sur le "pacte de responsabilité". [Qui laisse sceptiques certains députés socialistes, voir ici

Cécile Duflot, sur RTL : 

Pour la ministre écologiste du Logement, le chef de l'Etat "est constant dans son engagement", et "notamment la bataille pour l'emploi". Mène-t-il une politique libérale, en voulant diminuer les contraintes sur les entreprises ? Cécile Duflot répond par sa politique au ministère du Logement : 

"

L'efficacité de la dépense publique, c'est un sujet essentiel. (...) La politique que je mène, celle de l'encadrement des loyers, celle de la garantie universelle des loyers, je n'ai pas le sentiment que ce soit une politique libérale, ça peut être votre qualificatif, mais de ce que j'entends c'est une politique de régulation, et une politique utile. 

"

Pour la ministre, "la question c'est de savoir ce qu'on veut, ce qu'on finance, et ce qu'on fait avec l'argent public". "Ce que le président de la République a dit c'est que chacun devait prendre ses responsabilités", indique-t-elle, soulignant que le chef de l'Etat a aussi parlé de la transition énergétique, et que "cela veut dire aller vers d'autres formes d'activités, vers une économie différente."

Geneviève Fioraso, sur i>Télé : 

"Ce gouvernement a toujours soutenu les entreprises qui investissent et veut les pousser à investir", défend Geneviève Fioraso, qui estime que cela est une clé pour l'emploi. "Là au moins la ligne est claire, elle est cohérente", déclare-elle.

"

Le président de la République nous a rappelé, mais cela ne nous a pas étonné, que la priorité c'est l'emploi, l'emploi, toujours l'emploi.

"

Interrogée par Christophe Barbier sur un "tournant social-libéral" de François Hollande, la ministre de la Recherche et de l'Enseignement supérieur répond par une ligne "social-démocrate". 

"

Il a toujours été sur une ligne social-démocrate. Le rapport Gallois que disait-il d'autre sur la compétitivité des entreprises ?

"

Dominique Bertinotti, sur BFM TV : 

Pour la ministre déléguée à la Famille, les contours de l'engagement de François Hollande ne sont pas encore clairement édictés. Quand Jean-Jacques Bourdin lui parle d'une "baisse des charges de l’ordre de 25 à 30 milliards d’euros", Dominique Bertinotti répond : "Vous êtes bien informé ! Moi je ne sais pas", et évoque la saisine du "haut conseil au financement de la protection sociale pour réfléchir sur ce que pourrait être la baisse des cotisations patronales". 

Manuel Valls, sur Europe 1 : 

Alors qu'il est questionné sur ses ambitions, Manuel Valls botte en touche et estime "qu'on a besoin de temps", livrant là sa lecture des propos du chef de l'Etat du 31 décembre.  

"

Ce temps on doit le mettre à profit pour changer, pour réformer, pour obtenir des résultats, c'est le message du président de la République encore il y a quelques jours aux Français. Nous devons obtenir des résultats dans tous les domaines. Dans le domaine de l'emploi, sur le chômage, mais aussi bien évidemment dans la lutte contre la violence.

"

Ivan Valerio, avec Delphine Legouté

Du rab sur le Lab

PlusPlus