Le multiplex politique du dimanche

Publié à 18h08, le 04 novembre 2012 , Modifié à 10h10, le 05 novembre 2012

Le multiplex politique du dimanche
Marine Le Pen su BFMTV, Jean-François Copé sur France Inter, François Bayrou sur RTL et Fleur Pellerin sur France 5

#MULTIPLEX POLITIQUE - Au programme politique de ce dimanche 4 novembre, Marine Le Pen sur BFMTV, François Bayrou sur RTL, Jean-François Copé sur France Inter et Fleur Pellerin sur France 5.

Le Lab suit les interviews politiques dominicales et vous propose un synthèse au fur et à mesure de la soirée.

 > Marine Le Pen sur BFMTV

 (BFMTV)

> Le contentement : Que pense Marine Le Pen du bras d'honneur de Gérard Longuetà l'encontre du ministre algérien des anciens combattants ? La présidente du Front national est ravie :

Enfin un peu de franchise et de spontanéité ! J’ai vu ça avec un peu de soulagement. Il y a quelques responsables politiques, hors du FN, qui ont le courage de leurs opinions. Monsieur Longuet m’a fait plaisir.

Et Marine Le Pen aurait-elle fait de même ? Non, "parce que je suis une femme peut-être", argue alors la présidente du FN.

Sur le fond, le ministre algérien a demandé à la France une "reconnaissance franche des crimes perpétrés à leur encontre par le colonialisme français". Ce à quoi Marine Le Pen répond :

L'Algérie exige aujourd'hui que François Hollande se mette à plat ventre et qu'il fasse le mea culpa du gentil colonisateur.

François Hollande a reconnu des choses qui sont historiquement absolument contestées depuis. Le FLN tuait des Français, des gendarmes français, des harkis, non seulement sur le territoire de l’Algérie française mais aussi sur le territoire hexagonal.

Elle fait ici allusion à la reconnaissance par le président de la "sanglante répression" des manifestations du 17 octobre 1961. Des indépendantistes algériens avaient été tués par la police, dirigée alors par le préfet Maurice Papon.

> La petite phrase : Comme à son habitude, Marine Le Pen dénonce l'intéret "soudain" de l'UMP à des sujets comme "le droit de vote des étrangers" ou le "mariage homosexuel". Pour elle, les thèmes abordés par Jean-François Copé durant sa campagne, notamment le "racisme anti-Blanc" ne sont que des "postures hypocrites". Et elle différencie ainsi François Fillon et Jean-François Copé :

L'un est un hypocrite honteux, l'autre est un hypocrite décomplexé.

> Le soutien : Il est un groupe d'extrême-droite avec lequel Marine Le Pen ne veut pas s'allier politiquement [pour ses postures "européistes" et "régionalistes" explique-t-elle], mais qu'elle tient à soutenir : le Bloc identitaire.

Ce dernier a tenu sa convention annuelle ce week-end du 4 novembre et, début octobre, un de ses groupuscules - Génération identitaire - a diffusé une "déclaration de guerre" en vidéo [disponible ici]. Dedans, on peut par exemple entendre un jeune dire : "Nous avons cessé de croire que Kader pouvait être notre frère, la planète notre village et l'humanité notre famille."

Interrogé au sujet de ce clip, Marine Le Pen dit les comprendre :

Il ne faut pas s’arrêter aux mots. Le Bloc identitaire est un parti d’activistes. Quand ils expriment ces inquiétudes-là, quand ils condamnent les générations qui leur ont imposé le multiculturalisme, je les conçois.

Je ne crois pas qu'ils soient des gens qui désirent la violence. S’ils la désiraient, ils me trouveraient sur leur route mais je ne le crois pas.

Lorsque le même groupe avait occupé le futur chantier de la mosquée de Poitiers le 20 octobre, la présidente du Front national avait également dit "comprendre leurs préoccupations".

> Fleur Pellerin dans "C politique" sur France 5

> Les images : pour sa première dans C politique, la ministre déléguée chargée des PME, de l'Innovation et de l'Economie numérique a eu droit à un portrait fouillé, riche de photos version "album de famille" mises à disposition de l'émission. A commencer par un récit de son adoption par une famille française, à Séoul, lorsqu'elle avait six mois et après avoir été abandonnée à la naissance.

(France 5)

 (Fleur Pellerin et sa mère - France 5)

(Fleur Pellerin est diplomée de l'ESSEC, de Sciences-Po Paris et de l'ENA - France 5)

 > La bourde: Sûre d'elle et de ses dossiers durant toute l'interview, Fleur Pellerin a cependant confirmé malgré elle une information du Canard Enchaîné concernant le redressement fiscal de Google pour un milliard d'euro. Lorsque Caroline Roux lui soumet l'information au conditionnel ["le fisc réclamerait ..."], la ministre répond à l'indicatif :

Je ne commente pas une procédure fiscale qui est en cours.

La journaliste la reprend alors : "C'est donc déjà une information : elle est en cours ?" Fleur Pellerin, avec un rire gêné, tente alors de replacer l'annonce du redressement fiscal dans les colonnes du Canard Enchaîné puis évite les relances :

C’est ce que dit le Canard Enchaîné et en général ils sont bien informés. Non, mais je n’ai pas vocation à commenter des procédures fiscales qui sont en cours.

Problème, la Direction générale des Finances publiques n'a jamais confirmé l'information officiellement, au nom du secret fiscal.  Et Google a lui-même démenti. Selon le Canard Enchaîné, la question a été abordée lors de la rencontre entre François Hollande et Eric Schmidt, patron de Google , le 29 octobre. Rencontre à laquelle Fleur Pellerin était présente. Et à entendre la ministre, le Canard est " en général bien informé".

> Jean-François Copé dans "Tous politiques" sur France Inter

<img src="http://i.imgur.com/LmMmn.jpg" alt="" width="500" />

(France Inter)

> Le soutien : Interrogé lui-aussi sur le bras d'honneur de Gérard Longuet, ancien ministre UMP, Jean-François Copé a voulu "répondre sur la forme et non sur le fond" et lui a apporté son soutien :

Ce n'est pas un geste que j’aurais fait mais j’ai pour habitude de ne jamais commenter l’attitude de mes amis politiques lorsqu’ils sont en difficulté.

Il l’a été par rapport à cette image qu’il n’a visiblement pas contrôlée.

Gérard Longuet doit savoir que, dans ces moments là, je suis à ses côtés. Comme je l’ai toujours été avec mes amis en difficulté.

Sur le fond, l'actuel secrétaire général de l'UMP dit vouloir créer une "relation nouvelle avec l'Algérie" qui passerait par "une réécriture de l'avenir" et non dans "des exigences de repentance" :

Je ne souscris pas à cette recherche permanente de repentance.

> L'annonce : A chaque dimanche son "acte fort". Après l'appel à la rue du 28 octobre, "si François Hollande veut faire passer des réformes allant à l'encontre de l'intérêt supérieur de notre pays", Jean-François Copé a dégainé un nouvel outil d'opposition ce 4 novembre : la motion de censure. Une telle motion doit être adoptée à la majoritée absolue pour renverser un gouvernement, majorité dont ne dispose pas l'opposition. Jean-François Copé veut donc la déposer"pour discuter" :

J’ai proposé à Christian Jacob qu’on dépose une motion de censure et qu’ainsi un débat ait lieu, non pas pour renverser le gouvernement mais pour que Jean-Marc Ayrault accepte débattre avec nous des grandes orientations de ce gouvernement. Les couacs se multiplient, il est temps d’avoir un débat à l’Assemblée.

> François Bayrou dans "Le Grand jury" sur RTL

<img src="http://i.imgur.com/kDo9L.jpg" alt="" width="500" />

(RTL - par Caroline Doutre)

> L'annonce cryptée :  Après trois candidatures vaines à l'élection présidentielle, François Bayrou va-t-il se présenter une quatrième fois en 2017 ? Réponse en deux temps du président du MoDem : la présidentielle, c'est fini aujourd'hui. Ensuite on verra :

Dans ma vie j’ai considéré que c’était une nécessité d’engagement. J’ai passé dix ans dans l’idée de cette élection présidentielle, je ne suis pas dans cette idée aujourd’hui.

Je suis dans une idée de construction d’autre chose, dans un engagement, et puis on verra ce que les évènements historiques, les échéances et les nécessités de l’heure imposeront.

Peu avant, le président du MoDem avait réaffirmé son destin et celui de son parti, même isolé et face à l'UDI montante de Jean-Louis Borloo :

Il importe peu d’être isolé, c’est bon signe. Regardez l’Histoire, vous constaterez que la plupart des grandes choses de l’Histoire ont été faites par des personnes qui ont été isolées ou passablement isolées.

Du rab sur le Lab

PlusPlus