Marion Maréchal-Le Pen jure qu'elle ne se présentera pas en PACA... à moins que Jean-Marie Le Pen se retire

Publié à 10h47, le 04 avril 2015 , Modifié à 13h37, le 05 avril 2015

Marion Maréchal-Le Pen jure qu'elle ne se présentera pas en PACA... à moins que Jean-Marie Le Pen se retire
Jean-Marie Le Pen et Maréchal-Le Pen © ALAIN JOCARD / AFP

Marion Maréchal – Le Pen a un peu attendu avant de dénoncer les propos de Jean-Marie Le Pen, jeudi 2 avril sur BFMTV, à propos des chambres à gaz, "détails" de la Seconde Guerre mondiale comme il dit. Elle a attendu et puis, ne pouvant laisser penser par son silence qu'elle soutenait les mots de son aïeul, la députée du Vaucluse a pris la parole.

C'était vendredi 3 avril, dans Valeurs Actuelles. "Je regrette que le verbe de Jean-Marie Le Pen […] soit devenu un moyen de provocation inutile", a-t-elle déclaré, affichant son "désaccord sur le fond".

Cette position de la part de Marion Maréchal-Le Pen n'est pas étonnante. Ce qui l'est un peu plus, ce sont ses mots sur les régionales. Car depuis la dernière sortie en date de Jean-Marie Le Pen, de plus en plus de cadres du FN suggèrent que le président d'honneur du parti pourrait ne pas être tête de liste en PACA aux prochaines régionales.

Officiellement, la députée du Vaucluse n'est pas candidate. Sauf que ses mots à Valeurs Actuelles laissent *un peu* penser le contraire. Elle dit :

"

Depuis le départ, j'ai dit que je ne présenterais pas ma candidature si Jean-Marie Le Pen maintenait la sienne. Je n'ai pas changé de position. Je ne veux pas donner le sentiment de profiter de la situation pour me jeter sur la place. C'est lui et la commission d'investiture qui ont les cartes en main.

 

"

Ces propos sont comme un écho à ceux de Jean-Marie Le Pen qui promettait de s'effacer en PACA si sa petite-fille voulait être tête de liste. On n'en est pas encore là mais les petits cailloux que beaucoup au FN posent peuvent donner une certaine indication sur le souhait majoritaire au parti.

Certains diffusent cette idée clairement, comme Nicolas Bay ou Florian Philippot, expliquant que la commission d'investiture prendra la décision finale – et donc que cette décision n'est pas arrêtée. Mais, sur LCi vendredi 3 avril, le second a bien rappelé "que Jean-Marie Le Pen avait dit qu'il s'effacerait devant elle si elle souhaitait être candidate, tête de liste".

Il y en a d'autres, un chouïa plus violents, qui critiquent sous couvert d'anonymat. "Il vient de nous faire perdre une région que l’on pouvait gagner. Déjà que c’était mal engagé à cause de son âge…", se désole, dans le Monde, un cadre "mariniste". 

Avant que Jean-Marie Le Pen ne fasse savoir qu'il se portait candidat, Marine Le Pen avait elle-même indiqué qu'elle préférerait que Marion Maréchal-Le Pen soit tête de liste en PACA.

Du rab sur le Lab

PlusPlus