Régionales : Fillon accuse Bartolone de "discrimination antifrançaise" après ses attaques contre Pécresse sur "la race blanche"

Publié à 12h13, le 10 décembre 2015 , Modifié à 12h20, le 10 décembre 2015

Régionales : Fillon accuse Bartolone de "discrimination antifrançaise" après ses attaques contre Pécresse sur "la race blanche"
© THOMAS SAMSON / AFP

ANTI-FRANÇAIS TU PERDS TON SANG-FROID - Déjà tendue depuis de longues semaines, la campagne pour les régionales en Ile-de-France s’emballe (dans le mauvais sens du terme) à l’approche du second tour, dimanche 13 décembre. Dernier épisode en date, l’accusation de Claude Bartolone, le candidat du PS, du Front de gauche et d’EELV, contre Valérie Pécresse qui défendrait "la race blanche", faisant partie de LR, la même formation politique que Nadine Morano, l’auteure de ces propos polémiques.

Au milieu des réactions diverses et outrées du camp Pécresse, François Fillon se distingue avec un communiqué des plus virulents, accusant Claude Bartolone de "discrimination antifrançaise". Rien que ça. "Claude Bartolone bascule dans l’infamie", écrit le candidat déclaré à la primaire de la droite et du centre et fidèle soutient de Valérie Pécresse.

Dénonçant des propos "indignes" et "inadmissibles venant de la part du Président de l’Assemblée nationale", l’ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy estime qu’en "stigmatisant ‘Versailles, Neuilly et la race blanche’, Claude Bartolone manifeste une intolérance venimeuse et blessante pour tous les Français". Puis il ajoute :

"

Après les attentats et alors que les fanatiques rêvent de désunir notre société, il est consternant de voir le Président de l’Assemblée fustiger notre peuple à travers une forme de discrimination antifrançaise.

"

Face à ce qu’il considère être un "lourd dérapage", François Fillon, comme Jean-Christophe Lagarde ou Bruno Le Maire, estime que "Barto" doit "des excuses à Valérie Pécresse et aux Français".

Aussitôt après les propos de Claude Bartolone, la droite est tombée à bras-raccourcis sur le président de l’Assemblée nationale pour dénoncer ces propos "abjects" - dixit Valérie Pécresse pour qui Claude Bartolone fait "honte" à la politique - tenus tant en meeting que dans un entretien à l’Obs. "Elle tient les mêmes propos que le FN, elle utilise une image subliminale pour faire peur. Avec un discours comme celui-là, c'est Versailles, Neuilly et la race blanche qu'elle défend en creux", avait ainsi lancé Claude Bartolone.

A LIRE AUSSI SUR LE LAB :

Pécresse a "honte pour la politique" après que Bartolone l'a accusée de défendre la "race blanche"

Pour Claude Bartolone, Valérie Pécresse c’est un peu "Versailles, Neuilly, race blanche"

Les approximations des candidats Bartolone et Pécresse sur la baisse des effectifs de sécurité entre 2007 et 2012

Geoffroy Didier (LR), porte-parole de Valérie Pécresse, critique Claude Bartolone qui "se dit prolo"

Du rab sur le Lab

PlusPlus