Sarkozy, Bayrou et le Sida : après Le Parisien, Le Point rapporte des propos similaires du président de l'UMP

Publié à 17h59, le 09 avril 2015 , Modifié à 19h55, le 09 avril 2015

Sarkozy, Bayrou et le Sida : après Le Parisien, Le Point rapporte des propos similaires du président de l'UMP
© Images AFP

ÉPISODE 2 - Question à 100.000 dollars : Nicolas Sarkozy a-t-il comparé François Bayrou au virus du Sida ? Plus précisément, a-t-il prononcé cette phrase, rapportée par Le Parisien mercredi :

Bayrou, c'est comme le Sida... Quiconque le touche meurt !

Nicolas Sarkozy a démenti avec la plus grande énergie avoir tenu ces propos, et annoncé son intention de porter plainte contre le quotidien et "tous ceux qui reproduiront ces allégations mensongères".

Mais surprise, jeudi 9 avril : Le Point publie peu ou prou la même phrase. Dans une interview de François Bayrou (article payant), les journalistes de l'hebdomadaire posent cette question :  

En privé, [Nicolas Sarkozy] va même jusqu'à vous comparer au Sida. Il dit : 'Tous ceux qui l'ont approché sont morts !' 

Ce qui, cette fois-ci, ne fait pas trop rigoler le maire de Pau, qui explique : "Je ne sais pas si vous imaginez ce que dit cette phrase... Quand le débat politique en arrive à un tel degré de violence et de déraison, c'est qu'il y a quelque chose qui ne va pas et, non, ça ne prête pas vraiment à sourire. Disons que cela signe un comportement..."

Contacté par le Lab, l'entourage de François Bayrou affirme que "l'entretien a eu lieu avant la date du bouclage du Point [le lundi, ndlr]" et que "rien n'a été ajouté depuis". La question sur les propos de Nicolas Sarkozy a donc été posée et l'interview imprimée avant la publication de l'article du Parisien, mercredi. "L'affaire d'hier n'y est pour rien", ajoute-t-on du côté du maire de Pau.

Également contacté, Le Point n'a pas répondu à nos sollicitations  

Dans un article paru ce jeudi, Le Parisien "prend acte du démenti de Nicolas Sarkozy" mais précise que c'est "sur la base de plusieurs sources" que "le journal a attribué à l'ancien chef de l'État" la phrase incriminée.

Au Lab, l'entourage de Nicolas Sarkozy "maintient son démenti catégorique et rappelle que Nicolas Sarkozy engagera des poursuites judiciaires contre toute personne qui reproduirait ces allégations mensongères". L'entourage de l'ancien président ajoute : 

Peut-être devrait-on s'interroger sur l'identité de la personne malveillante qui répand cette rumeur ignoble et nauséabonde de propos rapportés et jamais prononcés plutôt que d'en faire la promotion.

 

Si l'exactitude de ces propos était confirmée, ce ne serait pas la première fois que l'ancien président présente le maire de Pau sous l'angle des maladies qu'il propagerait. En juillet 2014, il avait blagué sur la pneumonie de Jean-Louis Borloo, qui venait alors d'officialiser le rapprochement de son parti, l'UDI, avec le MoDem. À son ancien ministre de l'Écologie, il avait dit :

Tu te rends compte ? T'as passé cinq ans avec Chirac, t'as pas eu un rhume. Cinq ans avec moi, pas une grippe. Tu passes un an avec Bayrou, on a failli t'arracher un poumon.

Les deux hommes échangent de sérieuses amabilités depuis quelques mois et le retour de Nicolas Sarkozy, ce dernier ne digérant pas le refus du patron du MoDem d'appeler à voter pour lui au second tour de la présidentielle 2012. 

[EDIT 19h55] Ajout déclaration entourage de Nicolas Sarkozy

Du rab sur le Lab

PlusPlus