Stéphane Le Foll bloqué dans un train, Olivier Besancenot bloqué au travail : les impondérables des matinales politiques

Publié à 09h22, le 02 mai 2013 , Modifié à 09h27, le 02 mai 2013

Stéphane Le Foll bloqué dans un train, Olivier Besancenot bloqué au travail : les impondérables des matinales politiques
Olivier Besancenot et Stéphane Le Foll. (Montage via Maxppp)

ALEAS - De la difficulté de trouver des invités pour les matinales. Surtout un lendemain de 1er mai, à l’orée d’un long week-end de pont. Ce jeudi 2 mai, Stéphane Le Foll et Olivier Besancenot en ont montré l’exemple.

Au mois d’avril, il avait fini au pied du podium. Quatrième de notre classement mensuel des squatteurs des matinales, le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll ne démarrera pas mai sur le même rythme.

Invité de Jean-Jacques Bourdin ce jeudi 2 mai, sur BFM TV, le ministre, idéologue du hollandisme, a du annuler son interview matinale d’avant conseil des ministres. C’est l’animateur de RMC qui l’a annoncé sur son compte Twitter, annonçant une interview téléphonique. Pour compenser.

Pas d’invité ce matin. Stéphane Le Foll @slefoll est bloqué dans le train, nous l'aurons quelques minutes seulement au téléphone.

— Jean-Jacques Bourdin (@JJBourdin_RMC) 2 mai 2013

Le ministre, qui habite toujours au Mans et assurait au JDD ne voyager "qu'en seconde classe", a quant à lui tenu à insister "sur le drame humain"à l’origine de son empêchement.

Ce matin j'ai été bloqué gare du Mans en raison d'un accident de personne. Au delà du bouleversement d'agenda, je pense au drame humain.

— Stéphane Le Foll (@SLeFoll) 2 mai 2013

De son côté, l’icone du NPA, Olivier Besancenot, était l’invité de l’interview politique du matin de i>Télé. Contrairement à Stéphane Le Foll, l’ancien candidat à l’élection présidentielle a répondu présent. Mais "en direct de [son] lieu de travai", a précisé Christophe Barbier.

La raison ? Il ne fait pas le pont.

Pas trop difficile de travailler un 2 mai ? lui est-il demandé. Olivier Besancenot répond, et revient sur le terrain politique :

Non, pas trop difficile, même si hier on était un peu humide mais toujours autant déterminé. On a affronté les cordes. Ce n'est pas la première fois. On résiste au climat, au patronat et au gouvernement.

 

Du rab sur le Lab

PlusPlus