Trois militants PS menacent Jean-Christophe Cambadélis de saisir la justice si le parti n’organise pas de primaire

Publié à 19h14, le 21 avril 2016 , Modifié à 14h00, le 22 avril 2016

Trois militants PS menacent Jean-Christophe Cambadélis de saisir la justice si le parti n’organise pas de primaire
Jean-Christophe Cambadélis © GUILLAUME SOUVANT / AFP

Le 13 janvier, Thomas Piketty plaidait, dans un billet de blog, en faveur de l’organisation d’une primaire à gauche. "Les statuts du PS obligent à une primaire. Il suffirait sans doute que quelques militants à l'esprit juridique avisé (il en existe chez les socialistes) assignent leur parti devant la justice pour que la primaire ait lieu", écrivait l’économiste.

Trois militants PS l’ont pris au mot. Yassir Hammoud, Barnabé Louche et Salem Aounit ont d’abord adressé un courrier - resté sans réponse - au Premier secrétaire du PS en février. Ils menacent aujourd’hui de saisir la justice si Jean-Christophe Cambadélis ne réunit pas le Conseil national avant le 6 mai.

Contacté par le Lab, Yassir Hammoud explique :

"

Le Conseil national a acté le principe de primaire, mais ça n’avance pas grand chose. On a vaguement un calendrier [la primaire aurait lieu la première quinzaine de décembre, NDLR], mais les modalités de candidature ni de parrainage n’ont été fixées. On n’a rien, c’est très grave. Jean-Christophe Cambadélis est censé être le garant des statuts.

"

Les statuts du PS prévoient en effet l’organisation d’une primaire pour chaque présidentielle, sans préciser si cela s’applique dans le cas où le président sortant est membre du parti. L’article 5.3.1 précise qu’"au moins un an avant l’élection présidentielle, le Conseil national fixe le calendrier et les modalités d’organisation des Primaires".

D’où la date limite du 6 mai avancée par les trois militants.

Au Lab, un connaisseur de Solférino rétorque :

"

Le Parti socialiste a adopté [le 9 avril, NDLR] à l’unanimité la résolution qui indiquait la volonté socialiste d’organiser une primaire. Le Conseil national aura lieu en juin, une fois que le PCF et EELV auront décidé s’ils souhaitent participer à la primaire. C’est donc une simple question de semaines ?

"

Le 9 avril, le PS a renvoyé au mois de juin sa décision de participer au scrutin avec un ou plusieurs candidats. Si la primaire de toute la gauche "a du plomb dans l’aile", comme l’a estimé Jean-Christophe Cambadélis, celle d’une primaire au sein du PS n’est en tout cas pas enterrée.



A LIRE SUR LE LAB :

Thomas Piketty appelle des militants socialistes à saisir la justice pour faire respecter la primaire, inscrite dans les statuts du PS

Aurélie Filippetti craint une primaire de la gauche "à l’albanaise"

Pour Jean-Christophe Cambadélis, la primaire de la gauche "a du plomb dans l’aile"

Du rab sur le Lab

PlusPlus