Comment Brice Hortefeux revisite et minimise l’élimination de l’UMP au premier tour dans le Doubs

Publié à 08h06, le 06 février 2015 , Modifié à 10h19, le 06 février 2015

Comment Brice Hortefeux revisite et minimise l’élimination de l’UMP au premier tour dans le Doubs
Brice Hortefeux. © AFP

ON REFAIT LE MATCH - Dimanche 8 février, le deuxième tour de l’élection législative partielle départagera les candidats du PS et du FN. Le candidat de l’UMP, un "con" choisi par le triumvirat Juppé-Fillon-Raffarin, a souligné Nicolas Sarkozy, n’a, lui, pas franchi le cap du premier tour. Mais, pas grave, c’est presque une victoire pour l’UMP et une bérézina... pour le Parti socialiste, a expliqué Brice Hortefeux ce vendredi 6 février sur Europe 1.

Pour l’eurodéputé, conseiller politique de Nicolas Sarkozy, il est donc faux de présenter le PS comme le vainqueur de ce scrutin. Bien au contraire. Il explique :

"

Nous n’avons pas obtenu ce que nous espérions. C’est différent du Parti socialiste qu’on présente comme vainqueur mais qui a juste perdu 12%. Ce qui est donc une bérézina. Nous nous n’avons gagné que 4 points, il aurait fallu en gagner encore un peu plus.

"

Et de poursuivre, pour minimiser cette législative partielle dans le Doubs pour laquelle l’UMP partait en confiance :

"

Le Doubs, c’est une circonscription parmi 577. Juste, en passant, je vous le rappelle.

"

Tout va bien donc depuis le retour de Nicolas Sarkozy selon son ancien ministre de l’Intérieur qui souligne que l’ancien président "construit, rassemble, impulse notre famille politique". Il rappelle également que depuis l’élection de Nicolas Sarkozy à la tête de l’UMP, "il y a eu 3 scrutins". Et que le parti de la rue de Vaugirard en a remporté deux.

[BONUS TRACK] Abou Dhabi, "une fierté pour nous"

L’escapade de Nicolas Sarkozy, au lendemain du premier tour du scrutin dans le Doubs, quand l’UMP se déchirait autour du "ni-ni", a provoqué un tollé. A gauche, mais aussi à droite où des dents ont grincé en apprenant ce voyage express à Abou Dhabi. Mais Brice Hortefeux, comme le porte-parole de l’UMP, n’y voit aucun problème.

"

Arrêtez avec ce marronnier des conférences. Vous voulez que ce ne soit que des anglo-saxons qui soient appelés à faire des conférences. C’est une fierté pour nous. Que ce ne soit pas seulement Tony Blair, ou Hilary Clinton.

"

Du rab sur le Lab

PlusPlus