Affaire Baupin : Marion Maréchal-Le Pen et Robert Ménard font un parallèle avec l'affaire Cahuzac

Publié à 15h04, le 09 mai 2016 , Modifié à 15h04, le 09 mai 2016

Affaire Baupin : Marion Maréchal-Le Pen et Robert Ménard font un parallèle avec l'affaire Cahuzac
Robert Ménard et Marion Maréchal-Le Pen © Montage via AFP
Image Sylvain Chazot


En ce lundi 9 mai, la sphère politico-médiatique ne parle que d'une seule chose, ou presque : l'affaire Denis Baupin et les accusations de harcèlement et d'agressions sexuelles qui visent l'ancien vice-président de l'Assemblée nationale. Si certains, comme Jean-François Copé sur iTÉLÉ, prennent des pincettes pour évoquer les suspicions, d'autres s'embarrassent beaucoup moins.

Marion Maréchal-Le Pen et Robert Ménard sont à classer dans la deuxième catégorie. Les deux élus sudistes ont attendu quelques heures pour commenter les révélations de Mediapart et de France Inter concernant le député écolo. Deux heures qu'ils ont mises à profit pour trouver un angle d'attaque inédit : l'affaire Jérôme Cahuzac. Une différence notable tout de même : Jérôme Cahuzac a avoué posséder un compte en Suisse non déclaré. Denis Baupin, lui, réfute les accusations portées à son encontre

La députée FN du Vaucluse est la première à dégainer. Sur Twitter, elle écrit :

Denis Baupin serait donc au féminisme ce que Cahuzac était à la lutte contre l'évasion fiscale.

Quelques minutes après, le maire de Béziers élu avec le soutien du parti de Marine Le Pen lui emboîte le pas. Il écrit à son tour :

Que savait François Hollande ? Rien... Comme pour Cahuzac ?

En deux messages, les deux élus dressent donc un parallèle entre les accusations de harcèlement et d'agressions sexuelles et la possession, par l'ancien ministre du Budget, d'un compte en Suisse non déclaré. Si les élus frontistes aiment rappeler l'affaire Cahuzac à la majorité pour démonter les attaques menées contre le FN, le lien entre les deux affaires n'était pourtant pas évident.

Mais Marion Maréchal-Le Pen et Robert Ménard ne sont pas les seuls à évoquer le passé pour parler du présent et de Denis Baupin. Sophie Montel, conseillère régionale FN de Bourgogne-Franche-Comté, a elle-aussi puisé dans sa mémoire. Mais plutôt que Jérôme Cahuzac, l'élu frontiste a préféré parlé de Michel Sapin et de Dominique Strauss-Kahn. Sur Twiter, elle s'interroge :

Baupin, Sapin, DSK : la 'gauche' aurait-elle décidément un problème avec les femmes et le consentement ?

Invitée de France Info lundi, Valérie Pécresse avait, elle-aussi, parlé - sans toutefois le citer - de Michel Sapin et des gestes *déplacés* que le ministre des Finances aurait eu envers une journaliste en 2015.

Du rab sur le Lab

PlusPlus