Dupont-Aignan invite Florian Philippot, vice-président du FN, à le rejoindre à Debout la France

Publié à 07h22, le 14 mai 2015 , Modifié à 09h04, le 14 mai 2015

Dupont-Aignan invite Florian Philippot, vice-président du FN, à le rejoindre à Debout la France
© Montage Le Lab via AFP.

"Je crois que Monsieur Philippot se sent très mal au Front national." Cette affirmation, signée Nicolas Dupont-Aignan, date de janvier 2014. Bien avant le psychodrame familial qui a touché le FN et mené à la suspension du patriarche frontiste Jean-marie Le Pen, depuis parti en croisade contre Florian Philippot.

Malgré cela, le président de Debout la France n’a pas changé d’avis. Comme Florian Philippot, Nicolas Dupont-Aignan est énarque, comme lui, il se revendique gaulliste et patriote, et, comme le numéro 2 du FN, le député de l’Essonne apprécie Jean-Pierre Chevènement. Mais ne vous méprenez pas, Nicolas Dupont-Aignan n’est pas Florian Philippot.

En revanche, dans le cadre des 140 secondes du Lab dans l’émission PolitiqueS sur LCP, l’ancien candidat à l’élection présidentielle propose au vice-président de Marine Le Pen au FN à rejoindre son mouvement. Il dit :

"

Mais j’invite Florian Philippot à rejoindre Debout la France. Il sera beaucoup plus heureux et il sera très bien.

"

Quant à Marine Le Pen, elle n’est pas d’extrême droite contrairement au FN, selon Nicolas Dupont-Aignan. Et ils ne se sont pas parlés "depuis des années", affirme-t-il avant d’ajouter :

"

C’est dommage. Parce que c’est toujours utile de se parler.

"

Depuis 2012, Nicolas Dupont-Aignan et son parti Debout la France – anciennement Debout la République – refusent toute alliance et toute assimilation au Front national. Pour se démarquer du parti d’extrême droite, "NDA" n’hésite pas à invoquer des figures comme Chevènement, Besancenot ou David Cameron ou à démettre une cadre de son parti candidate avec le FN aux départementales. Et, lors de la législative partielle dans le Doubs, de ne pas hésiter à voir dans la défaite du FN l’expression d’un "besoin de Debout la France".

Du rab sur le Lab

PlusPlus