Gérard Filoche lance un site pour demander la démission d’Emmanuel Macron

Publié à 08h57, le 24 septembre 2015 , Modifié à 09h03, le 24 septembre 2015

Gérard Filoche lance un site pour demander la démission d’Emmanuel Macron
Gérard Filoche demandant la démission d'Emmanuel Macron. © ERIC CABANIS / AFP

TU POUSSES LE BOUCHON UN PEU TROP LOIN - Lui aussi en a "ras-le-bol", comme Martine Aubry. Lui aussi, si l’on suit le raisonnement de Bruno Le Roux, ne doit pas être "un vrai socialiste". "Macron démission ! Trop c’est trop ! Ras-le-bol !" C’est ainsi que débute le texte signé Gérard Filoche, tant sur son site perso que sur le nouveau site qu’il vient de lancer : macron-demission.fr.

Invité de BFM TV, mercredi 23 septembre, le truculent socialiste de l’aile gauche du PS a ainsi annoncé le lancement d’un site dédié et d’une pétition pour appeler à la démission du ministre de l’Economie car, selon lui, "Macron est un handicap pour la gauche". Il dit :

J’ouvre un site qui est macron-demission.fr. Et le plus de signatures y’aura, plus vite on y arrivera, le mieux ce sera parce que Macron est un handicap pour la gauche.

Pour Gérard Filoche, tenant de l’aile gauche du PS et qui a la dent dure contre François Hollande, Manuel Valls et leur politique économique, au point d’avoir reçu une offre "d’asile politique" de la part de Jean-Luc Mélenchon, Emmanuel Macron sera une des causes majeures de la défaite annoncée du PS et de la majorité aux régionales de décembre.

"Plus vite ça se fera, plus on aura de chances encore de ne pas perdre les prochaines élections", affirme-t-il encore. Avant de récapituler les "faits d’arme" du jeune ministre :

Parce que arriver en deux mois à dire nous dire ‘on attaque le code du travail’ et ensuite ‘on remet en cause les 35 heures’ et ensuite ‘on attaque le code de la fonction publique’. On se demande si on veut perdre ou pas.

Avec ces discours, selon Gérard Filoche, c’est l’abstention qui l’emporte. "Si vous le maintenez, vous êtes sur de maintenir l’abstention et vous êtes sûr de ne pas avoir les voix que nous méritons", poursuit-il, toujours aussi remonté contre celui qu’il ne considère pas comme "socialiste", mais comme "un ovni étrange".

Depuis la dernière sortie du ministre de Bercy contre le statut des fonctionnaires – qu’il maintient mais… - plusieurs voix se sont élevées à gauche pour pester contre ces saillies répétées. Si Martine Aubry a simplement fustigé l’arrogance de Macron, Pierre Laurent, le patron du PCF, a également demandé le départ du ministre.

Aux universités d’été du PS, ce sont les Jeunes socialistes qui avaient scandé "Macron démission". Au point de se chauffer avec Jean-Christophe Cambadélis et Manuel Valls. Des cris que Jean-Marie Le Guen a attribués à une consommation peut-être excessive d’alcool.

 

A LIRE AUSSI SUR LE LAB :

> Martine Aubry en a "ras-le-bol" d’Emmanuel Macron  

> Jean-Luc Mélenchon offre "l'asile politique" à Gérard Filoche, menacé d'exclusion du PS  

> Macron reconnaît avoir remis en cause le statut de la fonction publique et accuse la journaliste  

> Pour Bruno Le Roux, un "vrai socialiste" est celui qui défend Emmanuel Macron 

Du rab sur le Lab

PlusPlus