A l'Assemblée, Hervé Mariton ressort le coup des ministres favorables à la GPA

A l'Assemblée, Hervé Mariton ressort le coup des ministres favorables à la GPA
Hervé Mariton dans l'Hémicycle (MaxPPP).
Image Le Lab

Par Bruno Poussard
pour

TROLL - Dès l'ouverture de la séance de discussion sur le mariage homosexuel au Palais Bourbon ce vendredi 1er février, Hervé Mariton est venu à la tribune en ressortant une tribune du Monde signée par trois personnalités du PS désormais ministres et alors favorables à la GPA. Une tribune que Le Lab avait déjà exhumée.

Lors de son rappel au règlement -le premier d'une très longue série ce jeudi-, le député de la Drôme a insisté sur les divergences du gouvernement concernant la Gestation pour autrui, malgré les récentes déclarations d'unité à ce sujet venues de la gauche. Et de demander solennelement à Jean-Marc Ayrault de venir s'exprimer devant les députés.

Nous avons étudié et regardé, et constaté que sur son site, Madame le ministre porte-parole du gouvernement, Madame Najat Vallaud-Belkacem s'exprime pour la Gestation pour autrui. Donc voilà une personnalité importante, ministre de la République, porte-parole du gouvernement, favorable à la GPA. Et puis, nous avons constaté aussi que Monsieur Vidalies, néanmoins ministre des relations avec le Parlement ce n'est pas rien, s'exprime et signe lui aussi pour la Gestation pour autrui. Et puis aussi que Madame Filippetti, ministre de la culture, s'exprime et signe pour la Gestation pour autrui.

Et d'interroger, de nouveau, le gouverment socialiste sur sa position : 

Alors, lorsque le gouvernement nous dit, et nous aimerions pouvoir le croire, qu'il est contre la Gestation pour autrui, [...] nous aimerions savoir -ce n'est clairement pas la totalité du gouvernement- mais c'est quoi qui est opposé à la GPA ?Un quart du gouvernement, la moitié du gouvernement, les deux ministres qui sont au banc [Christiane Taubira et Dominique Bertinotti, ndlr] ? Peut-être le Premier ministre pourrait venir s'exprimer sur ce sujet. 

Des arguments que Hervé Mariton a déjà avancé sur RFI, où il était invité de la matinale ce vendredi 1er février.

On nous dit aujourd'hui : "Non, mais vous comprenez mal, le gouvernement est unanime, ferme la dessus, contre la GPA". [...] On ne peut pas nous dire qu'il y a une barrière morale que le gouvernement ne veut d'aucune manière franchir, alors que un, techniquement, il en facilite la transgression par l'étranger [allusion à la circulaire Taubira, ndlr], et deux, des ministres importants du gouvernement signent le contraire.

Bien que les membres du gouvernement affirment clairement leur opposition à la légalisation de la GPA, la position du Parti socialiste n'a pas toujours été aussi unanime. En décembre 2010, lors des débats sur les lois bioéthiques, et alors que les avis divergeaient, certains -désormais ministres- avaient pris position pour une gestation pour autrui bien encadrée.

Une tribune dans Le Monde, datée du 13 décembre 2010, porte trace de ces opinions. Toujours en ligne, elle est réapparue sur les réseaux sociaux au milieu du mois de janvier, notamment par le biais de @abbegrosjean, désormais porte-parole en ligne des anti-mariage homo.