Comment François Fillon, libéré de la tutelle de Nicolas Sarkozy, le trouve maintenant "gentil"

Publié à 11h52, le 29 janvier 2015 , Modifié à 12h11, le 29 janvier 2015

Comment François Fillon, libéré de la tutelle de Nicolas Sarkozy, le trouve maintenant "gentil"

LIBÉRÉ, DÉLIVRÉ - Les relations entre Nicolas Sarkozy et François Fillon n'ont pas toujours été au beau fixe. Elles provoquaient, entre autres, un mal de dos terrible à l'ancien Premier ministre, comme il le confesse dans un entretien accordé au Point le jeudi 29 janvier. Mais ça c'était avant. Depuis, l'ancien Premier ministre a moins mal et évoque pour la première fois ses nouvelles relations avec le nouveau président de l'UMP.

D'abord, François Fillon parle de la nouvelle attitude de Nicolas Sarkozy en la comparant à celle de François Hollande :

"

Sarkozy est plus tendre.[...] En ce moment, il est très tolérant, très aimable. Il passe son temps à me dire: “On est amis, François, hein?’. [...] Je ne crois pas que Sarkozy soit pervers. En tout cas, sa perversité est moins grande que celle de Hollande.

"

Une douceur nouvelle qui laisse à penser à un rapprochement, comme le décrivait l'Opinion le 28 janvier. Pas de douceurs en revanche envers l'actuel président de la République qui est décrit par François Fillon comme "un salopard" qui chercherait à le "tuer" politiquement, notamment via l'affaire Jouyet. 

L'ancien "collaborateur" de Nicolas Sarkozy revient sur sa relation passée avec l'actuel chef de l'UMP. Il affirme que ce dernier lui aurait promis de l'aider à prendre sa succession en cas de défaite en 2012 en lui déclarant :"Tu es le prochain, je vais t'aider". Une promesse trahie par Nicolas Sarkozy lorsque ce dernier ne l'a pas soutenu durant l'épisode des élections tumulteuses de l'UMP en 2012. Mais depuis, François Fillon affirme qu'il s'est libéré de la tutelle de Nicolas Sarkozy. Il explique :

"

Totalement. Totalement. D’ailleurs, ça ne m’a pas du tout coûté de le voir, aujourd’hui (le 6 janvier). Autant ce fut difficile la première fois, autant là, non.

"

Alors que les relations entre Nicolas Sarkozy et Alain Juppé semblent se tendre, les mots doux de François Fillon confirment ce rapprochement nouveau. Un rapprochement qui ne l'empêche d'être sévère sur les propositions de Nicolas Sarkozy. Il dit :

"

Sarkozy ne propose rien d’autre que les solutions d’avant. 

"

# BONUS TRACK

François Fillon apparaît convaincu de sa capacité à remporter les primaires UMP, qui devraient être le plus large possible. Mais, au cas où, il a déjà sa petite idée de reconversion. Il explique :

"

La seule chose que je veux, c’est être candidat à la présidentielle. Si les primaires se passent mal, je ferai quelque chose dans le business, comme Blair et Zapatero.

"

Une reconversion déjà tentée par certains, notamment Arnaud Montebourg depuis son départ du gouvernement. mais, à croire les différentes cartes postales envoyés par l'ancien ministre de l'Économie, le retour en politique n'est jamais très loin. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus